Presse - Articles de Vosges Matin - Echo des Vosges

Saint-Dié-Vosges-Basket fête « Kinder »
 
Le club SAINT DIE VOSGES BASKET a eu plaisir d’organiser le 7 décembre 2016 l’opération  «Kinder + Sport Basket Day ». Imaginée par la FFBB et Kinder, Partenaire officiel du Mini-Basket, cette initiative originale et unique à permis à tous les jeunes licenciés du club d’inviter un proche non initié à partager leur passion du basket lors d’une séance d’entraînement gratuite.
 
Le temps d’une demi-journée, les jeunes ont participé à une série d’ateliers ludiques leur permettant de découvrir en toute convivialité les techniques de base du basket : lancers, dribbles, passes, sauts, accélérations… avec les coachs Didier, Andy et Fred dit « Banga », aidé par Cindy et Kevin ainsi que des jeunes du club Théo et Luka, sous la surveillance de Pascale, responsable « animations » au sein du SDVB. 
 
Couronnée de succès, la 2ème édition de l’opération « Kinder + Sport Basket Day » avait réuni l’an dernier plus de 100 000 enfants partout en France. Cette année, près de 1 100 clubs seront mobilisés dans tout l’hexagone pour organiser l’événement à quelques jours de Noël. 
 

A l’instar des jeunes de SAINT DIE VOSGES BASKET 100 000 petits basketteurs se sont retrouvés à plus de 40 jeunes pour partager le plaisir de jouer ensemble.

 
Gilou

-------------------------------

A la découverte du basket tout en s'amusant

Le club de Saint Dié Vosges Basket a le plaisir d'annoncer qu'il organise le 7 décembre 2016 l'opération "Kinder + Sport Basket Day"

 Affichage de IMG_1385.JPG en cours...

Imaginée par la FFBB et Kinder, partenaire officiel du Minibasket, cette initiative originale et unique permettra à tous les jeunes licenciés du club d'inviter un proche non initié à partager leur passion du basket lors d'une séance d'entrainement gratuite.

Le temps d'une demi-journée, les jeune participeront à ujne série d'ateliers ludiques leur permettant de découvrir en toute convivialit les technique de base du basket : lancers, dribbles, passes, sauts, accélération...

Couronnée de succès, la 2ème édition de l'opération "Kinder + Sport Basket Day" avait réuni l'an dernier plus de 100 000 enfants partout en France. Cette année, près de 1 100 clubs seront mobilisés dans tout l'hexagone pour organiser l'évènement à quelques jours de Noël. A l'instar des jeunes Déodatiens, des milliers de petits basketteurs nationaux se retrouveront donc entre le 7 et le 17 décembre 2016 pour partager le plaisir de jouer ensemble. Découvrez en images plus d'informations sur cet événement :

http://www.salledepresse.com/fr/org/kinderplussport/-/event/760

suivez l'opération sur @KinderSportFR et @ffbasketball

Gilou.

------------------------------------------

Samedi 12/11/2016 

Affichage de gilou1.jpg en cours...

                    Hier, le POJC a vibré sur les matchs remporté par les poussins face à la Patrie Plainfaing  74 à 14 (photo St Dié maillot blanc Plainfaing maillot jaune), puis une belle victoire de nos benjamins Lorraine face à Charny sur Meuse 72 à 22  , et victoire de nos minimes qui recevaient  Gérardmer 77 à 44.
                    Les jeunes se sont régalés des patisseries faites par les parents.

                    Défaites de nos benjamins Vosges à Granges  et de nos séniors féminines qui rencontraient Gérardmer.

                   Une belle satisfaction de voir nos jeunes réussir et jouer des matchs de la première à la dernière seconde.

Affichage de gilou_benjamins.jpg en cours...

 

--------------------------------

 

 

VIDE TON SAC DE SPORT » AUJOURD’HUI AU PALAIS OMNISPORTS

Les bénévoles du SRD Basket ont organisé leur premier « Vide ton sac de sport », dimanche.

Les bénévoles du SAINT DIE VOSGES Basket ont organisé leur premier « Vide ton sac de sport », dimanche

 

La section animation de Saint-Dié Vosges Basket a proposé au club l’organisation d’un vide-greniers entièrement consacré aux articles de sport, vêtements et matériels, avec l’aide logistique de la Ville.

L’idée originale a été retenue et ce dimanche « Vide ton sac de sport » a déballé au parc omnisports Joseph-Claudel où les clubs de basket, rugby, twirling… et des particuliers ont profité de cette occasion pour vider leurs placards. Le basket avait choisi la formule à deux euros pièce pour ses 30 maillots, 50 shorts, et ses pantalons de survêtement de l’équipe senior.

« C’est la première fois que nous organisons une telle vente cela peut aider les familles dont les enfants pratiquent une activité sportive et nous espérons que d’autres associations nous rejoindrons l’année prochaine car elles doivent aussi avoir beaucoup d’articles en stock. Nous avons choisi de mettre en place cette opération une semaine après la Fête du sport et des associations, les familles peuvent ainsi acquérir un équipement moins cher. C’est aussi ouvert aux particuliers », commente Pascale Bilger de la commission animation.

Côté rugby, on avait sorti des écharpes aux couleurs de l’Afrique du Sud, de l’Australie… et du Stade français illustrant le premier tournoi des carrières de Trapp où le club déodatien avait gagné le match.

 

--------------------------------

C’EST REPARTI POUR LES BASKETTEURS

Les entraînements du club Saint-Dié-des-Vosges Basket ont repris la semaine dernière.Les instances dirigeantes ont choisi de mettre le paquet sur la jeune génération

Ce sont les cadets et les minimes qui ont ouvert le bal des entraînements la semaine dernière.

Un seul mot d’ordre : fédérer la jeunesse ! Le crissement des chaussures est audible depuis la porte d’entrée du palais omnisports Joseph-Claudel. Pas de doute, les entraînements du Saint-Dié-des-Vosges Basket ont bien repris, les benjamins et les cadets ont ouvert le bal la semaine dernière. Non loin du groupe, qui se désaltère avant de passer à la deuxième phase de la séance, Didier Marquaire, leur entraîneur, annonce les réjouissances de la prochaine demi-heure, avec footing et étirements.

Le sourire aux lèvres, les jeunes sportifs s’exécutent, en l’occurrence les benjamins et les cadets, ces jeunes pousses qui montent, qui montent depuis des années au sein du club. « Nous avons fait un choix pour l’avenir l’année dernière en ce qui concerne notre équipe senior qui évoluera cette année en honneur régional et nous avons pour objectif, comme les années précédentes, de mettre le paquet sur la jeune génération qui est déjà prometteuse. Le basket-ball à Saint-Dié, tel que nous le concevons, doit être riche de compétences locales » , explique Daniel Canet, le chef de file du club déodatien qui n’est jamais très loin des parquets, un espace qu’il affectionne depuis de nombreuses années.

Des équipes masculines et féminines qui auront à cœur de développer leur envie du beau jeu dans de bonnes conditions grâce notamment à une équipe d’entraîneurs qui s’est déjà remise au travail. « Didier Marquaire sera secondé cette année par un tout jeune homme de 19 ans, un joueur de basket recruté récemment, Andy Wohrlé qui travaillera en binôme à ses côtés », conclut le président Canet.

Du cœur à l’ouvrage il y en aura pour développer, fidéliser, emmener loin toutes les équipes avec, toujours à l’esprit, les expériences des matchs, le travail lors des entraînements, la motivation et l’esprit d’équipe qui sont les valeurs à défendre.

Le rythme « normal » des entraînements reprendra après la Fête du sport auquel, bien sûr, participera le Saint-Dié-des-Vosges Basket. Rendez-vous est donné le samedi 3 septembre au palais omnisports de 14 h à 18 h.

-------------------------------------

UNE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE HOULEUSE À SAINT-DIÉ

Daniel Canet (au centre) a vécu une assemblée générale compliquée en tant que président du club.

Daniel Canet (au centre) a vécu une assemblée générale compliquée en tant que président du club

 

C’est avec Jean-Marie Lalandre, conseiller régional et Nicolas Blosse, conseiller municipal aux Sports que Daniel Canet, le président déodatien, ouvre l’assemblée générale.

RAPPORT MORAL.- La décision de renoncer à la Nationale 3 pour l’équipe première a été difficile mais motivée par certaines raisons. Tout d’abord, le comportement de certains joueurs qui ont donné, par leur attitude, une image déplorable du club. Puis l’inflation du coût des joueurs. Il y a aussi le manque de relève dû à l’absence de formation ce qui s’est traduit par un manque d’identité locale. L’aspect financier a joué un rôle prépondérant car il y aura certainement une baisse des subventions et du mécénat. Il y a enfin la volonté d’assainir le club pour mieux repartir.

Le problème important reste l’occupation du Palais Omnisports Jospeh-Claudel. Il y a beaucoup de manifestations sportives, ce qui occasionne des reports de matchs. Le président revient sur la nécessité de miser sur les équipes de jeunes avec le but de faire le championnat régional pour toutes les catégories dans un délai de deux ou trois ans. Le recrutement est en cours pour embaucher un jeune titulaire du BPJEPS.

EFFECTIF.- Avec 166 licenciés le club déodatien est le troisième plus gros club vosgien.

RAPPORT SPORTIF.- Pour les catégories mini-poussins et poussins, il y a eu une bonne assiduité pour l’équipe inscrite en championnat avec des résultats notables. La saison sportive des benjamins a été difficile mais intéressante en championnat régional. Les minimes ont fini deuxième du championnat départemental. Il y avait beaucoup de débutants dans la formation cadets mais elle a terminé cinquième en championnat des Vosges. Didier Marquaire revient sur le fait d’avoir fait découvrir le basket à différentes écoles déodatiennes. Le gros point noir est, sans surprise, la 9e place des seniors avec 7 victoires pour 15 défaites. Le coach espérait mieux avec des matchs de références et une rencontre clé à Dijon.

ACTIVITÉS SPORTIVES.- Didier Marquaire est revenu sur la fête du mini-basket et le basket féminin, totalement autonome. Pour la saison suivante, il y aura un Centre d’Entraînement Club qui sera mis en place, pour donner la possibilité à certains jeunes de s’entraîner plus. Dans la lecture du rapport d’activité, on revient sur les actions et manifestations organisées par le club. Parmi celles-ci, des déplacements pour assister à des rencontres de Pro A, un gala de catch et la réunion de 300 enfants pour la fête du mini-basket. La manifestation Basket en famille a connu un grand succès avec 120 personnes.

FINANCE.- A la clôture de l’exercice comptable, le bilan présentait un excédent de 20 488€.

RÉCOMPENSES.- De nombreux jeunes du club se sont vus remettre une récompense pour leur saison.

Puis l’ambiance s’est tendue avec la prise de paroles de certains joueurs, faisant part de leurs divers mécontentements et dénonçant certaines décisions prises par le comité. Les échanges étaient vifs mais le calme est revenu tant bien que mal avant que cela ne se termine par le pot de l’amitié.

-----------------------------

Une soirée basket en famille pour clôturer la saison en beauté

Basket_Familles_05

Crédits photographiques et informations : Gilou.

Afin de clôturer en beauté la saison 2015 – 2016, vendredi dernier la commission animation du Saint-Dié-des-Vosges Basket a organisé une soirée basket en famille au Palais Omnisports Joseph-Claudel.

Environ 120 personnes s’étaient données rendez-vous pour s’affronter dans la bonne humeur et la convivialité lors d’un tournoi opposant des équipes de 3 joueurs chacune. Le tournoi terminé, un repas a été partagé par l’ensemble des parents et des jeunes joueurs présents, lors duquel les organisateurs ont remercié les bénévoles pour leur investissement tout au long de l’année. De l’avis unanime de ses participants, cette première organisation a beaucoup plu et s’est montrée être une belle réussite.

J.J.

Basket_Familles_03        Basket_Familles_04          Basket_Familles_02        Basket_Familles_01

-----------------------------

LA RELÈVE DU BASKET VOSGIEN À SAINT-DIÉ

La fête du mini-basket 2016 a réuni près de 300 enfants durant toute la journée de dimanche sur les terrains du Palais Omnisports Joseph-Claudel de Saint-Dié. Organisée par le comité des Vosges et le club local, cette journée a vu les petits basketteurs participer durant la matinée à divers ateliers techniques. Après la pause repas, tout ce petit monde a effectué un défilé avant de s’affronter sur les 14 terrains mis en place sur les deux parquets. Et chacun des participants est rentré à la maison avec un sac rempli de cadeaux offerts par la fédération française.

-------------------------------------------

COUPE DE LORRAINE MASCULINE (8E DE FINALE)

SAINT-DIÉ 2 A SECOUÉ JŒUF EN COUPE DE LORRAINE MASCULINE

Après une entame tonitruante de Jœuf, on imaginait mal la réserve déodatienne rivaliser dans cette rencontre face au pensionnaire de Nationale 2. S’exerçant à tous les postes, des shoots à trois points (quatre dans le premier quart-temps) aux pénétrations dans la raquette, les Meurthe-et-mosellans comblaient déjà une bonne partie des vingt-huit points d’avance accordés au Petit poucet vosgien au coup d’envoi (46-36).

Les locaux, qui avaient pris un départ poussif, montraient un tout autre visage dans la période suivante et profitaient de la nette baisse de régime de leurs adversaires pour considérablement les ralentir. Habituel joueur de l’équipe fanion, Bacasso Minte ne passait pas à côté de son rôle de cadre de l’équipe. Souvent dans les bons coups et capable de gestes défensifs implacables, il maintenait Saint-Dié en tête à la mi-temps (56-51). Le meneur jovicien, Tommy Ghezala, tentait de reprendre les choses en main (11 points). Mais si les visiteurs revenaient par deux fois à égalité au score, leurs hôtes ne l’entendaient pas de cette oreille et, aidés par le festival de Lalane Adrianasolo, préservaient un avantage de huit points à l’orée du dernier quart-temps (83-75, 30e ).

Saint-Dié entretenait ses espoirs de victoire d’autant que le duel leur restait un temps favorable (91-87, 36e ). À trois minutes du terme, grâce à Billaud, les Joviciens passaient pour la première fois devant (91-93). Dans un suspense à son paroxysme, les Déodatiens finissaient par céder. D’un petit point.

Saint-Dié 295Jœuf96 46-36, 10-15, 27-24, 12-21 Salle omnisports Joseph-Claudel, une soixantaine de spectateurs, arbitrage de MM. Thomas et Poirot. Saint-Dié 2 : Minte 21, Baibet 15, Adrianasolo 14 (dt 4 à 3 points), Benguermoud 6 (2 à 3 points), Lerognon 4 (dt 1 à 3 pts), Jollivet 4, Thiaucourt 3. Jœuf : Ghezala 26 (dt 3 à 3 pts), M. Rad 15 (dt 1 à 3 pts), V. Rad 14 (dt 1 à 3 pts), Nicollin 12, Billiaux 11 (dt 1 à 3 pts), Fernandez 9, Goeuriot 4, Cagneaux 3 (1 à 3 pts), Montabord 2.

-----------------------------------------

SAINT-DIÉ 1 A DÛ S’EMPLOYER À METZ EN COUPE DE LORRAINE

Les Messins - qui partaient avec 14 points au coup d’envoi - ont longtemps entrevu la victoire mais ont finalement cédé, dominés par les coups de boutoir du Déodatien Hofbauer, intenable notamment à 3 points. Les Mosellans avaient pourtant pris le jeu à leur compte, sous l’impulsion de Bacari et de Leau Kang Mui (23-11). Saint-Dié dominait sous les panneaux mais le jeu rapide des locaux perturbait la défense vosgienne. Les Messins parvenaient à la pause avec un matelas confortable de 17 points.

À la reprise, Metz perdait la bataille du rebond et encaissait un 8-0. Andrianasolo et Hofbauer ramenaient les Vosgiens sur le porte-bagages messin (68-67), avant de prendre les commandes pour la première fois de la partie, par l’entremise de Minte (68-69). Grâce à son métronome Mui, Metz surnageait (72-69, 30e ) et restait au contact (72-75) mais Hofbaueur envoyait deux missiles à trois points en moins de 30 secondes pour sceller le sort de la rencontre.

ASPTT Metz 93
Saint-Dié 100
39-17, 18-23, 15-29, 21-31 ASPTT Metz : Leau Kang Mui 28, Bacari 16, Lamirand 9, Klinger 8, Santoro 7 ; Bontemps 10, Prévost 1. Saint-Dié : Hofbauer 30, Minte 22, Baibet 16, Andrianasolo 14, Cesaroni 3 ; Benguermoud 13, Lerognon 2.

-----------------------------------------

SAINT-DIÉ BASKET VOSGES QUITTE VOLONTAIREMENT LA N3

Ne voulant plus recruter des joueurs extérieurs qui lui coûtent cher et qu’il n’arrive pas à fidéliser, le club de Saint-Dié a décidé de quitter le Championnat de France pour repartir au niveau régional.

Saint-Dié ne sera plus en Nationale 3 la saison prochain et Didier Marquaire ne sera plus l’entraîneur. (Photo V.S.)

C’est officiel. Le club de Saint-Dié Vosges Basket, par la voix de son président Daniel Canet, a demandé à la Ligue de Lorraine à ce que son équipe fanion, qui s’est maintenue sportivement en Nationale 3, reparte finalement au niveau régional la saison prochaine.

Assurant que ce n’est pas lié à un problème financier mais plutôt à un ras-le-bol général sur le comportement et le coût des « mercenaires » recrutés chaque été, les dirigeants déodatiens attendent désormais la réponse de la Ligue régionale pour connaître le championnat dans lequel sera engagée son équipe fanion. « On ne vise même pas la Prénationale mais au mieux l’Excellence région ou l’Honneur région », indique Daniel Canet. Qui a pris cette décision avant le 1er juin afin qu’un club lorrain puisse bénéficier de la place laissée libre par Saint-Dié. Celle-ci pourrait ainsi échoir à Ludres Pont-Saint-Vincent qui a terminé second du championnat de Prénationale.

A noter enfin que le prochain coach de Saint-Dié ne sera pas Didier Marquaire. Ce dernier va toutefois rester au club pour se consacrer aux équipes de jeunes.

Ph.N.

 

--------------------------------------------------------------

Un stage de basket a eu lieu cette semaine au Palais Omnisports Joseph-Claudel, du lundi 11 au vendredi 15 avril.

 

Stage_Basket_01

38 jeunes des catégories « Mini-Poussins » à « Cadets » se sont ainsi retrouvés autour de 5 entraîneurs afin d’améliorer leurs fondamentaux, se perfectionner au tir et effectuer des séances d’activités physiques. Le midi, les jeunes basketteurs sont allés se restaurer à Cap Jeunes, où les sponsors du club leur ont offerts des repas. Hier après-midi, au terme du stage, tous les participants se sont vus remettre des diplômes, tandis que les plus adroits ont quant à eux reçu diverses récompenses.

Stage_Basket_02

Crédits photographiques et informations : Gilou. saintdieinfo

---------------------------

UN STAGE DE BASKET QUI FÉDÈRE LA JEUNESSE

Les cinq entraîneurs du club n’étaient pas de trop pour encadrer la jeunesse déodatienne pour ce stage des vacances scolaires.

Les cinq entraîneurs du club n’étaient pas de trop pour encadrer la jeunesse déodatienne pour ce stage des vacances scolaires.

 

Ils étaient 38 à s’être retrouvés au stage de basket mis en place par le club déodatien.

C’est le palais omnisports qui a permis aux catégories allant des poussins aux cadets de travailler sous la houlette de cinq entraîneurs. À l’ordre du jour : les fondamentaux, perfectionnement au tir, et séances physiques.

Les jeunes ont profité du temps de midi pour se diriger au Cap jeunes afin d’y prendre un repas bien mérité.

Place ensuite à la remise des diplômes ainsi que des récompenses pour les plus adroits d’entre eux. Le stage s’est fini par un goûter partagé avec les dirigeants du club.

Article Vosges Matin

-------------------------------

SAINT-DIÉ 2 DÉROULE - COUPE DE LORRAINE

Après avoir sorti l’équipe fanion de Sarrebourg au tour précédent (98-97), les réservistes déodatiens n’ont eu aucun mal à se débarrasser de leurs homologues mosellans. Et c’est Tabaraud, le meneur vosgien, qui a d’entrée de jeu fait exploser la zone des visiteurs, en marquant par deux fois à trois points. Le changement de défense des Sarrebourgeois n’y a rien changé. Saint-Dié a poursuivi son effort (27-7, 10e ) et à la pause, l’écart était déjà rédhibitoire pour les visiteurs : 44-15.

Après une telle entame, les hommes de Gauthier Hofbauer ont connu une petite baisse de régime au retour des vestiaires, avant d’appuyer à nouveau sur l’accélérateur. Jollivet a fait parler son métier et s’est imposé dans la raquette adverse. Le dernier quart-temps ne fut qu’une formalité. Les réservistes déodatiens auront donc le redoutable honneur d’affronter Joeuf (Nationale 2) en huitième de finale. Et même avec 28 pts d’avance, ce ne sera pas la même promenade de santé…

Saint-Dié 296Sarrebourg 247 Les quart-temps : 27-7, 17-8, 18-18, 34-14 Saint-Dié 2 : Tabaraud 15, Lerognon 8, Mansart 2, Andrianasolo 9, Benguermoud 20, Jollivet 21, Thiaucourt 15, Minte 6. Sarrebourg 2 : Milon 13, Subati, 6, Jacquot 8, Durr 8, Giuriato 6, Reinhart 6.

--------------------------

UNE TRÈS MAUVAISE FARCE DÉODATIENNE

Les Déodatiens ont manqué leur dernière sortie de la saison mais sont bel et bien maintenus en nationale 3.  (Photo F.S.)

Les Déodatiens ont manqué leur dernière sortie de la saison mais sont bel et bien maintenus en nationale 3. (Photo F.S.)

Faut-il en rire ou en pleurer ? Perdre dans leur salle, devant ce qu’il leur reste de supporters, et qui plus est contre le dernier de la classe. Eh bien les Déodatiens ont réussi cet exploit majuscule, qui va ternir encore un peu plus l’image du club au terme d’une saison d’une rare médiocrité. Certes, le maintien était assuré depuis bien longtemps, et l’envie n’y était plus, mais quand même, l’orgueil et la fierté ne sont pas de vains mots. Surtout quand on est rémunéré pour assouvir sa passion ! Enfin, comme disait Chateaubriand « économisons notre mépris, eu égard au nombre de nécessiteux. »

Bref, ce fut une parodie de basket, et la tournure prise par les événements a surtout comblé de joie l’amicale des "tailleurs de costards", qui s’était donné rendez-vous pour cet ultime match de la saison. Côté belfortain, les frères Lamy se sont régalés. Et en moins de 5 minutes, Emilien avait déjà inscrit 15 points à son compteur (15-19, 5e ). C'est dire si la défense vosgienne était motivée ! Égalité parfaite à la pause : 46 partout. Là on pouvait encore croire que Saint-Dié allait sauver les apparences. Des clous ! Les frères Jourdier et la famille Lamy ont continué de ridiculiser une formation à côté de ses pompes. De sorte qu’avant d’aborder le dernier acte, Belfort avait bel et bien pris les commandes de la partie : 60-66 (30e ).

Vox populi, vox déi. Certains spectateurs hurlaient "démission". À l’encontre de qui ? Allez savoir. Mais sur le parquet, il n’y avait effectivement plus qu’une équipe : Belfort, l’indéboulonnable lanterne rouge du groupe. Et Saint-Dié avait démissionné. Les Déodatiens ont dû boire le calice jusqu’à la lie. Seul le tout jeune Tabaraud a fait l’unanimité en marquant un ultime panier à 3 points. Mais à 71-87 l'affaire était déjà pliée. Dormez braves gens… Saint-Dié est maintenu en Nationale 3.

Saint-Dié74Belfort87 (31-30, 15-16, 14-20, 14-21) Salle Joseph-Claudel, une centaine de spectateurs, arbitrage de Mlle Schutz et de M. Kiaced. Saint-Dié : Hofbauer 10 (1 à 3 pts), Tabaraud 3 (à 3 pts), Andrianasolo 15 (5 à 3 pts), Césaroni 3 (à 3 pts), Abdoulaye 9 (3 à 3 pts), Benguermoud 2, Minte 14, Days 18. Belfort : Emilien Lamy 30 (1 à 3 pts), Guillaume Jourdier 2, Marchant 4, Wolfer 5 (1 à 3 pts), Alexandre Jourdier 9 (2 à 3 pts), Chikhi 4, Florent Lamy 30 (2 à 3 pts), Monnier 4.

----------------------------

UN DERNIER DEVOIR POUR SAINT-DIÉ AVANT DE FAIRE SON INVENTAIRE

Dans un groupe largement dominé par Pfastatt, l’équipe de Saint-Dié n’aura donc joué qu’un rôle de simple faire-valoir, et la rencontre de ce soir n’apportera rien de bien nouveau, les jeux étant faits depuis belle lurette. Les Déodatiens ont réalisé le minimum pour renouveler leur bail en Nationale 3, quant aux Belfortains (leurs adversaires de ce soir), ils auront occupé la dernière place de bout en bout, et retourneront de ce fait d’où ils viennent.

Avec un seul succès à son compteur, Belfort ne devrait pas empêcher les Déodatiens d’en accrocher un 8e , et pourquoi pas de pointer finalement à la 8e place au classement final, si toutefois Mirecourt devait s’imposer à Poligny ce soir. Avec le groupe aligné cette saison, beaucoup d’observateurs, y compris le staff technique, pensaient que Saint-Dié jouerait au moins les trouble-fête dans cette poule K. Hélas, les Déodatiens ont perdu leurs deux confrontations face aux équipes classées dans le top cinq (Pfastatt, Mirecourt, Dijon, Holtzheim et Rixheim).

Cette rencontre face à Belfort n’étant qu’une ultime formalité avant de tirer un trait définitif sur une saison inodore et sans saveur, même une victoire ne pourra éviter les questions qui fâchent. D’ailleurs les rumeurs vont bon train quant à l’avenir proche de Saint-Dié. Combien de joueurs vont-ils jouer ce soir leur dernier match sous les couleurs déodatiennes ? Qui pour les remplacer ? Qui va rester pour assurer une nouvelle saison en Nationale 3 ? La relève est-elle prête ? Les jeunes formés au club ont-ils le niveau requis, ou faudra-t-il encore recruter plusieurs mercenaires ? Bref, le match de ce soir risquera fort de ressembler à une soirée d’adieux.

------------------------------

SAINT-DIÉ UN POIL TROP JUSTE

Les dirigeants pontissaliens y tenaient : ils voulaient finir la saison sur une bonne note à domicile. C’est chose faite avec la victoire acquise face à Saint-Dié qui permet à la troupe d’Anthony Tomba de s’assurer la 10e place de la poule K en cas d’un éventuel repêchage.Face aux Vosgiens, après un premier quart-temps équilibré (18-20) marqué par les réussites de Trinquier d’un côté et de Days de l’autre, le CAP a fait le trou au cœur du deuxième quart-temps en passant un 20-3 en six minutes (30-20, 13e puis 38-23, 16e)… avant, comme souvent de dilapider son avance en deux temps trois mouvements (38-38, 19e) !Les compteurs remis à égalité à la pause, il fallait une nouvelle étincelle pour permettre aux Pontissaliens de faire la course en tête. Elle venait de Pierluigi, auteur de 13 points en dix minutes (et de 18 au total, son record en N3). L’arrière haut-doubien redonnait de l’air au CAP (65-56, 30e). C’était cependant loin d’être terminé puisque les Déodatiens se rapprochaient à nouveau dans le sillage de Minte (73-70, 35e ; 79-76, 38e ; 80-80, 40e). C’est sur la ligne des lancers-francs qu’allait se faire la décision. Frédéric et Days avaient beau laisser quelques munitions en route, l’arrière pontissalien, meilleur marqueur du match (28 points), avait finalement le dernier mot…Pontarlier84Saint-Dié81(18-20, 20-18, 27-18, 19-25)Pontarlier : Frédéric 28, Trinquier 19, Pierluigi 18, Baumont 10, Funerat 5, Duval 4, Mbaye, Jacquet, Casadei.Saint-Dié : Days 25, Abdoulaye 14, Cesaroni 14, Minte 12, Benguermoud 8, Andrianasolo 6, Lerognon 2.

------------------------------

SAINT-DIÉ A ÉTÉ CONTRAINT DE S’EMPLOYER POUR ÉLIMINÉ MIRECOURT 2

Coupe de Lorraine

Saint-Dié s’est qualifié pour le prochain tour de la coupe de Lorraine sans trop de frayeurs mais sans plus de facilité. Le début de la partie est en trompe l’œil car les visiteurs plus puissants sous les panneaux dominent mais malgré des doubles chances ne parviennent pas à refaire leur handicap de 7 points. Pire Babic se met en exergue (13-3 à la 4e ). Césaroni, à 3 points et Andrianasolo augmentent le rythme par un 5-0 mais cela n’impressionne pas le jeune Babic qui fait fructifier l’avance des réservistes mirecurtiens (19-8, 7e ). Saint-Dié cherche son adresse et joue que par des actions individuelles. Les locaux sont sereins (27-19,10e ).

Hofbauer arrive sur le parquet et donne le tempo. La défense locale cède et en 4 minutes Saint-Dié revient à hauteur par les mains de Minté (29 partout). L’intenable Babic remet le couvert et les spectateurs mirecurtiens assistent à un duel avec Days car les deux joueurs se rendent panier pour panier (41-41 à la pause).

Au retour des vestiaires, Mirecourt craque complètement. 4 balles perdues sont immédiatement exploitées et Saint-Dié inflige un 13-2 (42-54). Provenchère inscrit le premier panier de sa formation après 5 minutes de stérilité. Saint-Dié artille à 3 points et réussi un 4/4 qui fait enfler l’écart (50-67 à la 28e ).

Enfin, les Mirecurtiens sont plus précis à mi-distance par Seltzer et Gadaut et stoppent l’échappée de l’adversaire (60-71). Days impose son physique mais le courage n’abandonne pas les hommes de Tornoczky et Legrand qui terminent nettement mieux cette rencontre malgré une défaite somme toute honorable.

Mirecourt 2 71 Saint-Dié 83 (27-19, 14-22, 13-28, 17-14)Salle Claude Hacquard, arbitres MM. Blumenfeld et El Hajjaji. Mirecourt 2 (+7) : Babic 28 (dt 1 à 3 pts), Provenchère 11 (dt 1 à 3 pts), Seltzer 7 (dt 1 à 3 pts), N’Diaye 6, Meïté 4, Berktas 3, Gadaut 3 (à 3 pts), Jacques 2. 22 FP, 6/8 LF. Saint-Dié : Days 25 (dt 3 à 3 pts), Minte 16 (dt 1 à 3 pts), Cesaroni 11 (dt 3 à 3 pts), Andianasolo 11 (dt 1 à 3 pts), Baibet 9, Benguermoud 7 (dt 1 à 3 pts), Hofbauer 4. 18/20 LF, 13 FP.

---------------------------

SAINT-DIÉ : LE CLUB DE BASKET REMERCIE LES BÉNÉVOLES QUI L’ONT AIDÉ LORS DU GALA DE CATCH

En organisant une soirée gala de catch, les bénévoles de Saint-Dié Vosges Basket ont offertun peu de rêve au public venu nombreux. Les chevilles ouvrières ont été remerciées par le club.

Les bénévoles qui ont œuvré pour la soirée catch, organisée par Saint-Dié-Vosges Basket, ont apprécié les nombreux et chaleureux remerciements.

Les bénévoles qui ont œuvré pour la soirée catch, organisée par Saint-Dié-Vosges Basket, ont apprécié les nombreux et chaleureux remerciements.

La salle conviviale du palais omnisports a accueilli un pot dit de remerciements pour les différents bénévoles qui se sont affairés lors de la soirée du gala de catch organisé par le club de Saint-Dié Vosges Basket. « Le bilan est positif avec plus de 600 entrées et pour une première c’est encourageant ». Les propos du président Daniel Canet traduisaient une certaine satisfaction.

Pour la responsable de la commission animation du club, Géraldine Clement, le résultat est le suivant : « La réussite d’une belle soirée, c’est avant tout le résultat d’un travail d’équipe comme à l’image d’une équipe de basket qui gagne. Chacun a pleinement contribué à ce résultat. Le climat actuel est assez morose et offrir un peu de légèreté ou de rêve c’est important ! »

Tout juste et la commission « animation » en a profité pour annoncer les prochains rendez-vous du club : déplacement à Nancy pour assister à SLUC contre la SIG Strasbourg, stage de perfectionnement pour les jeunes de poussins à cadets du 11 au 15 avril alors que la sortie du 22 avril sera pour les benjamins qui assisteront au match du GET Epinal.

A noter que le club de Saint-Dié reçoit la fête du mini-basket le 5 juin 2016. Cette manifestation rassemblera plus de 400 basketteurs qui viendront de toutes les Vosges (de la catégorie mini-poussins à poussins garçons et filles).

De toute évidence, Saint-Dié Vosges Basket et toutes ses composantes ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin, dans les perspectives d’animation des jeunes et des moins jeunes

 

--------------------------------

SAINT-DIÉ N’Y ARRIVE PLUS

Zach Abdoulaye (ballon en main) et Pierre Césaroni (à d.) ont laissé filer un succès qui leur tendait les bras. Dommage.  (Photo F. S.)

Zach Abdoulaye (ballon en main) et Pierre Césaroni (à d.) ont laissé filer un succès qui leur tendait les bras. Dommage. (Photo F. S.)

Pour les deux équipes, il n’y avait plus rien à espérer ni à redouter dans ce championnat. Saint-Dié voulait redorer son blason après deux grosses défaites avec plus de 100 points encaissés. Cela commençait bien pour les Vosgiens après les premiers points d’Hofbauer. Minte, présent dans la raquette, récupérait un rebond, Saint-Dié menait 4-0. Martial ramenait les siens à portée des Déodatiens mais Andrianasolo inscrivait un tir extérieur et l’écart augmentait (9-4). Minté se mettait en valeur sur deux contres successifs et les Vosgiens faisaient la course en tête (15-10). Toutefois, les Dijonnais revenaient suite à une interception de Curie et sur lancers-francs, Martial égalisait (16-16, 8’22’’). Les Bourguignons prenaient pour la première fois l’avantage sur un panier lointain de Naltet mais Days prenait un rebond et c’était Saint-Dié qui prenait la tête à la fin de ce quart-temps. Le chassé-croisé au score entre les deux formations continuait. Dijon comptait bien huit points d’avance grâce à Boyer (26-34). Les Lorrains ne lâchaient rien et revenaient après une bonne séquence de jeu et une position de tir favorable convertie par Benguermoud (33-34). Le show Cesaroni commençait au troisième quart-temps. Jusqu’alors discret, le Déodatien alignait les tirs longue distance (dont un à plus de neuf mètres) et empêchait Dijon de creuser un écart définitif. Minte, bien présent dans la raquette, prenait des rebonds offensifs (39-41 puis 43-47). Les Bourguignons leur répondaient par Tessier et Naltet qui se servaient des écrans de leurs coéquipiers pour marquer de loin (48-55). A l’amorce du dernier quart-temps, les hommes de Didier Marquaire comblaient une partie de leur retard et recollaient au score (56-58). Les deux équipes commettaient de nombreuses fautes et permettaient à leurs adversaires de se retrouver sur la ligne des lancers-francs. Saint-Dié repassait devant sur deux lancers de Hofbauer (65-64). Il restait encore du temps mais les Déodatiens parvenaient à reprendre de l’avance à 1’53’’ du terme (70-67). Un premier panier de Curie et deux lancers francs de Munoz qui ne tremblait pas et Dijon repassait devant. Saint-Dié avait bien la dernière possession de balle mais le dernier tir ne rentrait pas et le SDVB devait s’incliner.

Saint-Dié70Dijon DA71 (22-19, 11-15, 15-21, 22-15) Arbitres de MM. Mansar et Davidas, une cinquantaine de spectateurs environ. Saint-Dié : 23 fautes, 23 paniers sur 55 tirs dt 10/25 à 3 pts. 14/22 aux LF.Les marqueurs : Hofbauer 19 (dt 3 à 3 pts), Cesaroni 12 (dt 4 à 3 pts), Days 12, Andrianasolo 10 (dt 2 à 3 pts), Minte 10, Benguermoud 3 (dt 1 à 3 pts), Baibet 2, Abdoulaye 2. Dijon : 22 fautes, 25 paniers sur 56 tirs dont 6/22 à 3 pts. 15/27 aux LF. 1 joueur sorti : Gavignet.Les marqueurs : Tessier 14 (dt 1 à 3 pts), Boyer 13 (dt 3 à 3 pts), Naltet 13 (dt 2 à 3pts), Munoz 10, Martial 8, Curie 5, De Carli 4, Gavignet 4.

------------------------------------

ET VOGUE LA GALÈRE POUR SAINT-DIÉ QUI RESTE SUR DEUX LOURDS REVERS

Sévèrement battus dans leur salle par Holtzheim (71-103) puis Pfastatt (58-102), les Déodatiens vont devoir se retrousser les manches ce soir s’ils ne veulent pas subir une troisième humiliation d’affilée. Longtemps en tête du groupe, les Dijonnais sont comme leurs hôtes, ils n’ont plus rien à craindre, ni à espérer. Lors du match aller, alors que Dijon occupait la première place du groupe, Saint-Dié avait réalisé un bon match dans la capitale bourguignonne. En tête pendant toute la partie, les partenaires de Maxime Days avaient fini par s’incliner dans les toutes dernières secondes (63-69). C'était le 19 décembre dernier. Il y a une éternité. Depuis, Saint-Dié est parvenu à asseoir son maintien, mais sans vraiment convaincre.

Si les deux derniers adversaires des Déodatiens étaient hors de portée, comme l’indiquent les scores, Dijon devrait être dans leurs cordes. A condition toutefois de suivre les consignes et de se montrer un peu plus solidaires sur le terrain. Contre Pfastatt notamment, l’équipe fut souvent méconnaissable et le collectif du début de saison totalement absent.

Il ne reste plus que trois matchs aux Déodatiens pour tenter de redorer leur blason, passablement terni ces derniers temps et défendre leur honneur. Une fois encore, la pression sera absente des débats. Encore faudra-t-il avoir envie de jouer ? Ensemble si possible. Mais il est vrai que beaucoup ont déjà la tête à la saison prochaine…

  • Saint-Dié alignera : Hofbauer, Baïbet, Andrianasolo, Cesaroni, Abdoulaye, Tagheu, Benguermoud, Minte, Days.

Saint-Dié - Dadolle Dijon ce soir, à 20 h, salle Joseph-Claudel.

-----------------------------------------

SAINT-DIÉ SUBIT UNE LOURDE DÉFAITE FACE À PFASTATT

Les Déodatiens ont été très vite submergés par les vagues alsaciennes et manqués cruellement d’adresse. (Photo F.S.)

Les Déodatiens ont été très vite submergés par les vagues alsaciennes et manqués cruellement d’adresse. (Photo F.S.)

Il est grand temps que la saison se termine pour Saint-Dié. Après avoir encaissé 103 points la semaine dernière contre Holtzheim, les Déodatiens en ont ramassé 102 samedi face à Pfastatt. Qui plus est, en n’en marquant que 58. Et voilà ! Deux additions aussi salées que justifiées. De quoi dégoûter les plus fervents des supporters, qui se font d’ailleurs de plus en plus rares. De toute évidence, le cœur n’y est plus, et certains semblent avoir déjà la tête ailleurs. Et dire qu’il reste encore trois rencontres à disputer…

Dire qu’il y a eu un match entre les deux équipes serait quand même très exagéré tant le suspense fut absent de la soirée, et la différence de niveau écrasante. Certes, Minte aura permis à Saint-Dié de mener durant une minute trente (4-2). Mais ensuite rideau ! C’est en jouant très tranquillement leur partition que les Alsaciens ont pris les devants, sans s’affoler le moins du monde : 9-26 (8e ).

Malgré ses trente-six printemps, Porter en faisait voir de toutes les couleurs aux défenseurs vosgiens, alors que Willig semblait intenable (23-46, 17e ). Saint-Dié jouait plutôt juste, mais comme rien ne rentrait et que la défense était toujours aussi élastique, le fossé continua de se creuser : 28-56 (20e ).

Dans le marasme vosgien, seul Minte parvenait à sortir son épingle du jeu. Andrianasolo tentait bien lui aussi d’insuffler un peu d’envie au groupe, mais quand ça ne veut pas rigoler… A l’entame du dernier quart-temps on put craindre le pire (45-86, 31e ). Voulant alors donner du temps de jeu à ses remplaçants, Jean-Luc Monschau, le coach alsacien vida son banc.

La qualité de jeu des visiteurs baissa de plusieurs crans. Les hommes de Didier Marquaire eurent alors la bonne idée de profiter de ce cadeau. Mais ce fut juste un cache-misère, une façon comme une autre de limiter la casse. La barre des 100 points fut à nouveau franchie, alors que l’attaque déodatienne se contenta de 58 unités. Vivement les vacances !

Saint-Dié58Pfastatt102 Quart-temps : 13-28, 15-28, 17-26, 13- 20. Salle Joseph-Claudel, une centaine de spectateurs, arbitrage de MM. Deninger et Boucekkine. Saint-Dié : 16 fautes personnelles, 4/7 aux lancers-francs.Hofbauer 7 (dt 1 à 3 pts), Baïbet 14, Andrianasolo 13, Abdoulaye 2, Minte 18, Days 4. Pfastatt : 11 fautes personnelles, 14/16 aux lancers-francs.Schlaeder 11 (dt 3 à 3 pts), Marjoulet 2, Diehl 17 (dt 3 à 3 pts), Grebongo 13, Willig 21, Thiebedore 10 (dt 2 à 3 pts), Spinali 2, Porter 14, Di Marzio 12.

--------------------------

SAINT-DIÉ SANS ILLUSION

A la peine samedi dernier face à Holtzheim, les Déodatiens risquent à nouveau de vivre des moments difficiles ce soir contre le leader. En effet, Pfastatt termine la saison en trombe et pulvérise tout ce qui se présente sur son passage, comme en témoigne le 107 à 40 infligé aux Belfortains dans leur salle, la semaine passée.

Tout le monde est donc prévenu, et Didier Marquaire, pas forcément ravi du match de samedi dernier, va insister auprès de ses hommes pour qu’ils fassent bonne figure : « Pfastatt, c’est une machine de guerre. Ils sont monstrueux. On ne se fait pas d’illusion quant au résultat final. Mais au moins qu’on ait un peu de fierté, qu’on puisse limiter la casse. Mais il faudra que les joueurs aient un autre comportement que celui affiché samedi contre Holtzheim. Sinon, ce n’est pas 30, mais 40 points qu’on risque de prendre ! »

Maintenant que le maintien est assuré, les joueurs déodatiens sont libérés, mais peut-être également démotivés. Ce que craint le coach déodatien avant ce choc frontal : « les gars savent que nous sommes maintenus, mais on a encore des matchs à disputer. Ce serait bien qu’on arrive enfin à élever notre niveau de jeu contre une grosse équipe. Mais bon, en face ils alignent un trio d’intérieurs (Porter, Grebongo et Di Marzio), assez impressionnant. Je me demande ce qu’un gars comme Grebongo fait en Nationale 3. Ils sont sur une autre planète ! »

Quoi qu’il en soit, même si certains joueurs déodatiens ont déjà la tête à la saison prochaine, ils vont devoir quand même terminer celle-ci. Au moins ce soir, il y en aura toujours pour penser qu’à l’impossible nul n’est tenu.

Saint-Dié alignera : Hofbauer, Andrianasolo, Césaroni, Tagheu, Baïbet, Minte, Days, Abdoulaye.

Saint-Dié- Pfastatt ce soir à 20 h salle Joseph-Claudel.

-------------------------------

SAINT-DIÉ BOIT LE BOUILLON

Les Déodatiens n’ont tenu qu’un quart-temps avant de voir Holtzheim aligner les paniers pour s’imposer largement. (Photo V.S)

Les Déodatiens n’ont tenu qu’un quart-temps avant de voir Holtzheim aligner les paniers pour s’imposer largement. (Photo V.S)

 

S’ils ont bien résisté pendant dix minutes, les Déodatiens ont ensuite explosé lors d’un improbable deuxième quart-temps qui les a complètement asphyxiés. Avec une défense laxiste, les Vosgiens n’avaient pas grand-chose à espérer, d’autant que côté alsacien l’adresse fut très souvent au rendez-vous.

Malgré un bon départ des locaux (4-0), les visiteurs se sont vite rendu compte que leurs shooteurs allaient passer une bonne soirée. Pas, ou peu de défense, côté Saint-Dié, comme en témoigne ce zéro fautes au tableau durant les dix premières minutes, d’où la facilité déconcertante affichée par les artilleurs alsaciens. Lazarus a donc ouvert le feu le premier, vite imité par Klock, auteur d’un 3/3 à 3 points, ce qui annonçait une soirée tranquille pour Holtzheim (18-25, 7e ).

Pourtant, Minte et Baïbet permettaient aux Déodatiens de virer en tête au premier quart-temps : 28-27, 10e. Mais là, fin du suspense. Saint-Dié encaissait un 17-0 rédhibitoire, de 30-29 à 30-46. Klock, Casagrande, Klaric et Kancel étaient passés par là.

Lors de ce deuxième acte, Saint-Dié avait réussi l’incroyable exploit de ne marquer que deux misérables paniers. Autant dire qu’à la pause, la messe était dite : 32-56 (20e ).

Et le tir de barrage des Alsaciens s’est poursuivi au retour des vestiaires : 45-75 (27e ). On pouvait alors craindre le pire pour les partenaires de Maxime Days. Heureusement qu’ils eurent la bonne idée de se montrer un poil plus hargneux en défense. Sûr de son coup, Holtzheim joua alors à la baballe, laissant au seul Ben Oudhifa le soin de meubler le score. Césaroni marqua bien deux paniers bonifiés de suite, Andrianasolo et Hofbauer tentèrent d’accélérer le jeu, mais les carottes étaient cuites depuis bien longtemps.

Saint-Dié parvint donc à limiter la casse, mais ne put empêcher Holtzheim de franchir allègrement ma barre des 100 points. Dans une semaine contre Pfastatt, le leader, il faudra que les Déodatiens se montrent un peu plus agressifs en défense, sinon…

Saint-Dié71Holtzheim103 Quart-temps : 28-27, 4-29, 15-24, 24-23. Salle Joseph-Claudel, environ 120 spectateurs, arbitrage de MM. Kubler et Bouiss. Saint-Dié : 13 fautes personnelles, 17/23 aux lancers-francs.Les marqueurs : Hofbauer 8, Baïbet 10, Andrianasolo 13 (3 à 3 pts), Césaroni 7 (2 à 3 pts), Abdoulaye 8, Tagheu 3 (à 3 pts), Minte 12, Days 10. Holtzheim : 20 fautes personnelles ; 12/16 aux lancers-francs.Les marqueurs : Camara 3 (à 3 pts), Lazarus 18 (4 à 3 pts), Casagrande 3 (à 3 pts), Spitz 14, Klock 24 (6 à 3 pts), Ben Oudhifa 12, Klaric 20 (2 à 3pts), Kancel 9.

------------------------------------------

 

SAINT-DIÉ S’IMPOSE EN FIN DE MATCH FACE À POLIGNY (80-72)

En l’emportant hier soir face à un adversaire direct, Saint-Dié a très certainement assuré son maintien. Mais ce ne fut pas sans mal. A trois minutes du terme, les deux équipes étaient encore à égalité, quand Poligny a craqué. Sentant le danger, les Vosgiens ont enfin resserré leur défense, mettant les attaquants jurassiens sous l’éteignoir.

La première période fut un long mano a mano (20-20, 10ème), et à la pause, les locaux ne comptaient qu’un tout petit point d’avance : 42-41. Les 22 points compilés par le capitaine Maxime Days étaient donc tout juste suffisants.

Au retour des vestiaires, et sous l’impulsion de Hofbauer, Saint-Dié sembla prendre la mesure de Poligny (52-46, 25e ). Ce n’était qu’une impression. Dans la foulée les Jurassiens infligèrent un sévère 12-0 à des Vosgiens subitement amorphes (52-58, 28e ). Touré était passé par là. Andrianasolo signa alors sa rentrée en scorant à 3 points, aussitôt imité par Hofbauer (58-58, 28e ).

Le bras de fer se poursuivit jusqu' à 70 partout (37e ). Fortement pénalisés depuis le début de la rencontre par des coups de sifflets à répétition, les Déodatiens eurent la chance d’être plutôt épargnés en fin de match. Bien entendu au grand dam du banc et des joueurs de Poligny. Perdant le contrôle de leurs nerfs, les Franc-Comtois ont alors laissé échapper une victoire qui semblait leur tendre les bras. Minte et l’inévitable Days ont pu creuser l’écart (78-72, 39e ). Un dernier panier de Minte clôtura une partie qui ne laissera pas un souvenir impérissable. Mais pour Saint-Dié, l’essentiel était de vaincre coûte que coûte.

----------------------------------

SAINT-DIÉ N’A PAS LE DROIT AU FAUX PAS FACE À POLIGNY

Didier Marquaire et ses joueurs n’ont pas le droit à l’erreur ce soir. (Archive F.S.)

Didier Marquaire et ses joueurs n’ont pas le droit à l’erreur ce soir. (Archive F.S.)

 

L’échéance approche, plus que six matchs de championnat, et ni Saint-Dié, ni Poligny ne sont assurés de se maintenir. Les adversaires de ce soir auront chacun tout intérêt à l’emporter, histoire de se mettre définitivement à l’abri. Lors du dernier match à Geispolsheim, les Déodatiens ont entrevu la victoire, avant de la laisser à leurs adversaires, sur un dernier panier marqué au buzzer. Et au match aller, à Poligny, les partenaires de Maxime Days étaient venus mourir à un point de Jurassiens (73-74).

Pour Hervé Roy, le coach de Poligny, son équipe est capable de tout : « On alterne le bon et le moins bon. On est capable d’inquiéter Mirecourt dans sa salle, puis de faire un match très moyen contre Belfort, la lanterne rouge. Sinon, je crains quand même cette équipe de Saint-Dié que j’avais trouvée intéressante au match aller. A la mi-temps on menait de 18 points et puis on s’est relâchés et ils sont venus mourir à un tout petit point en fin de match. Je me méfie de cette fin de championnat. Pontarlier n’est pas à sa place, son calendrier est favorable. Si on veut se maintenir, le mieux serait de gagner à Saint-Dié. »

Les Déodatiens sont prévenus, Poligny ne viendra pas en victime expiatoire dans les Vosges. Pour autant, une énième défaite cette saison à la salle Joseph-Claudel serait du plus mauvais effet. D’autant plus que les trois prochaines réceptions (Pfastatt, Holtzheim et Dijon) seront d’un autre calibre pour les Déodatiens, alors autant capitaliser tout de suite.

Saint-Dié (équipe probable) : Hofbauer, Andrianasolo, Césaroni, Tagheu, Days, Baïbet, Minte, Abdoulaye.

----------------------------------

LE PÔLE FÉMININ BIEN EN SITUATION

              Les poussines de Saint-Dié Vosges Basket déterminées pour la suite du championnat départemental.

Entraîneur et responsable du pôle féminin de Saint-Dié Vosges Basket, Léocadie Voisard fait le point sur la vie du club. « Un des points positifs que je peux soulever c’est qu’aucune fille n’est partie » commente Léocadie Voisard, satisfaite de la situation.

Quant à l’objectif de fin saison, elle aimerait « recruter des jeunes filles (U11), les former pour qu’il y ait une relève derrière ce bon noyau prometteur (U13) ».

La saison prochaine, les benjamines intégreront le championnat départemental et participeront à la coupe des Vosges.

Une belle satisfaction pour le club : « Après 6 mois d’entraînement, Flavie Clément, une de nos benjamines, a été repérée par le comité des Vosges. Elle a donc fait un stage pendant les vacances. Si tout se passe bien, Flavie fera partie de l’équipe des Vosges de basket et participera aux rencontres régionales. »

Les poussines ont perdu dernièrement 36-33 contre Corcieux, trop de pertes de balles et des replis défensifs trop longs…

Les prochaines dates de matches et tournois. - Poussines : (U11) dans le cadre du championnat départemental : plateau de matches à Granges le samedi 27 février à 14 h. Participation à la journée du basket féminin organisé par le GET à Thaon (jeux concours, et matches) toute la matinée du samedi 12 mars. Tournoi de Granges-Aumontzey le dimanche 22 mai. Fête du mini-basket à Saint-Dié le dimanche 5 juin.

Benjamines : (U13) matches amicaux contre l’option basket de l’institution Sainte-Marie qui se déroulera au POJC le mercredi 16 mars à 17 h 15 ; contre l’option basket du collège Paul-Emile-Victor à Corcieux le mercredi 1er juin après-midi. D’autres clubs ont été contactés pour d’autres matches amicaux (Corcieux, Sluc Nancy, ASPTT Nancy…). A noter que quelques-unes des U14 (nés en 2002, 2003, et 2004) participeront au tournoi de Braine-le-Conte, en Belgique le dimanche 22 mai.

---------------------------------------------

CAPAVENIR VOSGES : QUATRE STAGES DE BASKET AU GYMNASE DE LA POSTE

Le stage U11 filles qui se déroule encore ce samedi est le quatrième organisé par le Comité départemental de basket.

Le stage U11 filles qui se déroule encore ce samedi est le quatrième organisé par le Comité départemental de basket.

 

THAON-LES-VOSGES. - Durant les trois derniers jours de cette semaine, le gymnase de la Poste accueille un stage destiné aux jeunes filles nées en 2005 et 2006, soit la catégorie U11.

Un stage qui est placé sous l’égide du comité départemental de basket du département vosgien.

Elles sont neuf jeunes filles issues des clubs de Granges, Chavelot, Saint-Dié-des-Vosges, Vittel et du Get Vosges à évoluer ainsi sur le parquet thaonnais durant ces trois journées.

Des jeunes basketteuses placées sous la responsabilité d’Alexis Nicolle, employé au Comité départemental, qui ont décidé de terminer leurs vacances en séances de révision de leur sport favori.

Matin et après-midi, elles enchaînent avec enthousiasme les ateliers destinés pour la majeure partie à perfectionner leur dextérité individuelle ou à des jeux en binômes.

« Nous sommes sur de la recherche afin d’améliorer sans cesse les techniques, les oppositions, etc. », notera leur entraîneur qui découvrait les membres de ce nouveau groupe.

Le Comité départemental de basket fut particulièrement actif au gymnase de la Poste durant ces vacances de février avec quatre stages : deux consacrés aux joueurs et joueuses, un destiné aux arbitres et un dernier pour les futurs initiateurs de clubs.

------------------------------------

TRAVAILLER LES FONDAMENTAUX

Flavie Clement, Nathan Ilunga, Emile Bilger et Eric Clément ont été repérés par les instances départementales.

Flavie Clement, Nathan Ilunga, Emile Bilger et Eric Clément ont été repérés par les instances départementales.

 

Les vacances ont bien commencé pour Saint-Dié Vosges Basket, pas moins de 44 jeunes se sont inscrits au stage de perfectionnement qui a duré la semaine dernière. Fondamentaux et tirs ont été la priorité de ce stage qui s’est clôturé par une remise de médailles pour les meilleurs.

Un repas chaud était offert aux jeunes licenciés à midi par l’un des partenaires de l’association déodatienne.

Le sérieux était de rigueur sous l’autorité de Didier Marquaire d’autant plus que quatre jeunes ont été repérés en détection départementale. Ils devront effectuer plusieurs stages avec le comité des Vosges durant leurs prochains congés.

------------------------------------

44 jeunes basketteurs en stage de perfectionnement.

Crédits photographiques et informations : Gilou.

Depuis samedi et durant toute la semaine, le club de basket déodatien organise au Palais Omnisports Joseph-Claudel un stage d’entraînement et de perfectionnement au dribble, au tirs et à la défense. Lors de ces journées réservés aux catégories Poussins, Benjamins et Minimes, les 44 jeunes participants – filles et garçons – originaires de Saint-Dié-des-Vosges, Fraize et Strasbourg sont encadrés par 7 entraîneurs diplômés. Et chaque midi, l’ensemble des participants se retrouvent autour d’un repas bien mérité, offert par un partenaire privé et sponsor officiel de l’événement. Samedi prochain, à l’issue du stage, les 3 premiers de chaque catégorie recevront diplômes et médailles. Par ailleurs, le club de basket de Saint-Dié-des-Vosges a récemment vu 4 de ses jeunes joueurs sélectionnés par le comité départemental des Vosges, en vue du futur tournoi régional de Lorraine, qui aura lieu au printemps prochain. D’ici une quizaine de jours, Flavie Clément, Elric Clément, Nathan Ilunga et Emile Bilger vont ainsi aller s’entraîner au gymnase de La Poste de Thaon-les-Vosges.

SAINT-DIÉ SE FAIT PUNIR SUR LE BUZZER À GEISPOLSHEIM

Geispolsheim présente d’entrée un jeu très appliqué, avec un adroit Zaroli, auteur des huit premiers points de son équipe (8-2). Mais quelques erreurs lancent Saint-Dié qui revient à 14-12 (8e). Pourtant la défense vosgienne - étonnement passive - propose de nombreuses occasions aux locaux qui n’en profitent pas (18-12). Le deuxième quart confirme que Saint-Dié est vraiment bon à prendre. « Geispo » effectue un premier break à la 13e (27-15). Toutefois, les Déodatiens survivent par leurs grands gabarits, Days et Tagheu, qui grappillent quelques miettes au rebond offensif. Les locaux manquent de réussite et l’addition aurait pu être plus lourde pour Saint-Dié à la mi-temps (35-24). Piégés par un faux rythme, les locaux remettent leurs adversaires en selle. Hofbauer ramène les siens à deux points (42-40 à la 25e). Le début du dernier quart voit d’abord l’équipe locale prendre encore une fois un avantage substantiel par Invernizzi (59-45 à la 34e). Mais Saint-Dié retrouve subitement des couleurs. Sous l’impulsion d’un Hofbauer transcendé, à la passe et à la finition (10 points dans ce quart), les visiteurs égalisent à deux minutes du terme. Saint-Dié dispose de deux lancers francs pour la gagne à 14 secondes de la fin. Mais Hofbauer manque ses deux tentatives et Zaroli signe au buzzer la défaite des Déodatiens. Cruel !Geispolsheim67Saint-Dié6518-12, 17-12, 14-19, 18-22.Arbitres : MM. J. Guironnet et K. Metzger. Environ 50 spectateurs.Geispolsheim : T. Schaller, Ait Tabassir 7, Scheeck 5, J. Schaller 6, Zaroli 17, Andlauer 10, Hirtz 7, Grob, Saban 4, Invernizzi 11.Saint-Dié : Hofbauer 19, Baibet 8, Césaroni 8, Abdoulaye 4, Tagheu 10, Minte 4, Days 12.

---------------------------------------

MIRECOURT S'EST FAIT PEUR FACE À SAINT-DIÉ (71-78)

Les joueurs de Geoffroy Seltzer ont tremblé jusque dans les derniers instants du match, hier soir,

face à des Déodatiens courageux mais finalement battus dans le money-time.

Il n’a pas manqué grand-chose aux Déodatiens pour l’emporter, hier soir. (Photo F.S.)

Avertissement sans frais pour les Mirecurtiens qui se sont fait une belle frayeur hier à Saint-Dié. Qui l’eût cru ? A moins de deux minutes du terme, les locaux étaient seulement à deux petits points du leader (68-70, 38e ). Pas très fiers, les hommes de Geoffroy Seltzer ont toutefois su garder leur sang-froid, même quand un panier primé de Césaroni les a une fois de plus mis à portée de fusil des Déodatiens (71-74, 39e ). En surrégime depuis un bout de temps, ce sont les hommes de Didier Marquaire qui ont alors perdu les pédales, et des munitions hyper importantes.

Bien que réduits à la portion congrue, les Déodatiens ont entamé ce derby avec une envie qu’on ne leur connaissait pas. Opposé en homme à homme à Jacques, Minte s’en sortait plutôt bien dans la raquette (15-13, 5e). Une accélération de Bourgeois redonnait l’avantage à Mirecourt, avant que Days n’inverse la vapeur (19-18, 9e). Toujours très incisif, Bourgeois crucifiait ses ex-partenaires sur une nouvelle fulgurance, suivie de deux lancers francs (18-22, 10e ).

Pas forcément usé par le duel qu’il livrait à Minté, Jacques décochait deux nouveaux missiles, réalisant du coup un superbe 4/4 à trois points (25-32, 14e ). M'Bodji s’y mettait à son tour, donnant au score une allure plutôt flatteuse pour les visiteurs (27-40, 17e ). Côté déodatien, Abdoulaye sonnait la révolte, mais rien n’y faisait, et juste avant la sonnerie, Duvoid marquait à son tour un panier bonifié (36-46, 20e ).

L'entame de la seconde période fut laborieuse pour les deux équipes. Après deux longues minutes, le score évoluait enfin, grâce à Days. Puis ce fut une lente remontée pour les Déodatiens, toujours sous le feu des artilleurs de Mirecourt. Césaroni, Hofbauer puis Tagheu, réussirent à tromper la vigilance d’une défense visiteuse devenue soudainement apathique (65-67, 34e ). La fin de match s’annonçait moins aisée que prévu pour Mirecourt, ce qu’avait quand même prévu Geoffroy Seltzer. Le coach mirecurtien avait en effet fait part de ses doutes à qui voulait l’entendre, avant le début du match.

De retour sur le parquet, après avoir écopé d’une « technique » plutôt sévère, Abdoulaye fit alors les pires misères à ses adversaires, contres, rebonds défensifs et pour finir une interception qui se solda par deux lancers, dont un seul fut converti (68-70, 38e ). Il restait 1’55’’ au compteur, mais le leader, après avoir vacillé, s’accrocha à son trône. Le coup n’était pas passé bien loin…

 

-------------------------------------------

SAINT-DIÉ - MIRECOURT, UN DERBY VOSGIEN DISPROPORTIONNÉ ?

Lors du match aller disputé en septembre dernier, Hadrien Martin-Kellie et les Mirecurtiens n’avaient qu’une bouchée de leurs homologues déodatiens. (Archive J.H)

Lors du match aller disputé en septembre dernier, Hadrien Martin-Kellie et les Mirecurtiens n’avaient qu’une bouchée de leurs homologues déodatiens. (Archive J.H)

On aura connu des derbys plus incertains et surtout plus équilibrés. L’issue de cette seconde confrontation entre Saint-Dié et Mirecourt semble a prioiri inéluctable. Si les Luthiers ne veulent pas vendre la peau de l’ours déodatien avant de l’avoir battu, et sauf miracle (ou catastrophe) on ne voit pas ce qui pourrait empêcher Mirecourt de garder son leadership à l’issue de ce match.

Le discours de Didier Marquaire en dit long sur les capacités de son équipe à pouvoir mettre des bâtons dans les roues des grosses cylindrées, comme Mirecourt : « Dans l’état actuel des choses, je me demande si on sera capable de tenir tête à cette équipe, qui soit dit en passant est invaincue depuis 13 rencontres, ne serait-ce que les deux tiers de la partie. On pourra peut-être l’inquiéter sur des séquences. Mais un match de basket, ça dure 40 minutes ! Et quand on n’affiche pas l’état d’esprit nécessaire et qu’on n’a pas envie de se faire mal, on risque fort d’exploser. Au match aller, on n’est pas très loin à la mi-temps, et ensuite on prend la foudre. »

«Il va falloir s’arracher»

Ce qui chagrine quand même le coach déodatien, ce sont les blessures qui s’enchaînent à un rythme effréné : « Après avoir perdu Kurum, c’est au tour d’Andrianasolo d’être forfait. Je n’ai plus personne au poste deux. On s’entraîne avec des joueurs de la B, forcément le rendement s’en ressent. Je crois que depuis le début de saison, on a dû jouer deux fois au complet. Aussi handicapé et face à un collectif aussi rodé que celui de Mirecourt, il va falloir s’arracher. D’autant que je sais très bien qu’ils ne nous prendront pas de haut. »

Effectivement, et comme pour corroborer le propos du coach déodatien, son alter-ego, Geoffroy Seltzer, avance sur la pointe des pieds : « Bien évidemment, on se doit de gagner ce match si on veut poursuivre nos objectifs, néanmoins ça reste un derby. Saint-Dié a quand même des armes solides, un secteur intérieur très costaud. On va aborder ce match avec le tout le sérieux nécessaire, en s’appuyant sur notre force collective. »

Malgré sa prudence, le coach mirecurtien ne peut occulter le fait que son équipe impressionne partout où elle passe, au point que certains se demandent comment elle a pu trébucher d’entrée à Dijon (79-70), mais c’était le 2 septembre 2015 et depuis l’eau a coulé sous les ponts.

Chantre d’un basket bien léché, basé sur un collectif bien rodé, Geoffroy Seltzer ne peut que se féliciter de l’arrivée de l’ex-Déodatien M’Bodji dans son effectif : « Il nous a énormément apporté. Si on en est là aujourd’hui, c’est en partie grâce à lui. Son métier, son expérience, son sens du jeu, sont de vrais atouts dans notre collectif. Par ailleurs nous avons quand même 6 ou 7 joueurs qui tournent à plus de 8 pts de moyenne. »

Souhaitons malgré tout que ce derby ne soit pas trop déséquilibré, et que le scénario du match aller ne se reproduise pas. Mirecourt l’avait emporté 97-61. Les hommes de Geoffroy Seltzer ont déjà la tête à Pfastatt, mais c’est dans deux semaines seulement. A eux de ne pas brûler les étapes.

Saint-Dié alignera : Hofbauer, Césaroni, Tagheu, Days, Baïbet, Minte, Abdoulaye.

Mirecourt alignera : Babic, Bourgeois, M’Bodji, Tornoczky, Duvoid, Tayayi, Martin-Kellie, Malanda, Dollinger, Jacques.

--------------------------

SAINT-DIÉ A COURU EN VAIN

La formation de Rixheim de Cédric Garnier mène les débats par Drouet en périphérie mais le score de parité est signé de la même manière par le visiteur Andrianasolo (5-5). Cette première et dernière égalisation de la rencontre est de courte durée. Les Alsaciens mettent le turbo et le missile de Nette gonfle l’écart (15-8), obligeant Didier Marquaire, le coach vosgien, à recadrer les siens, qui se relancent effectivement dans la bataille (15-12). Mais Drouet et Sako remettent les pendules à l’heure avant le deuxième acte (20-14).Sous l’impulsion de son meneur Hofbauer, Saint-Dié se bat sur tous les ballons pour se rapprocher des joueurs locaux en misant sur l’efficacité d’Andrianasolo (5 points) et de Minte sous le cercle (26-20, 14e). Rixheim redouble d’attention, Drouet et Nette concluent les enchaînements collectifs mais la troupe de Marquaire revient malgré tout à trois longueurs avant d’échouer dans sa dernière tentative (32-29).De retours des vestiaires, les Rixheimois s’imposent sans tarder. Drouet puis Sutter de loin reprennent les choses en main malgré la réaction de l’ex-Pfastattois Days (38-34). Le duo Lobe-Lobas - Nette défie sous l’anneau les gabarits adverses et Boudaira offre un caviar à Sako (47-37, 27e) avant que Cadet n’imprime le plus grand écart de la rencontre (49-37). L’adroit Cesaroni apporte son expérience mais n’empêchera pas Rixheim de négocier le dernier virage en toute confiance (52-42).« J’avais alerté ma troupe qu’il ne fallait pas s’endormir sur cet écart de 10 longueurs en connaissant les capacités des Vosgiens à se rebiffer », lâchait Garnier dont les hommes, qui ont effectivement subi la pression de visiteurs ayant retrouvé l’adresse qui les fuyait depuis un moment (54-52). Le temps mort rixheimois est bénéfique, le verrou est remis dans la zone défensive et, lancé par ses camarades, Lobe-Lobas concrétise les contres en laissant dans le rétroviseur des Vosgiens en quête de réussites (64-52). Sako et compagnie maîtrisent les deux dernières minutes de jeu. Lobe-Lobas apporte la touche finale à cette rencontre que Rixheim remporte avec brio.Rixheim69Saint-Dié5920-14, 12-15, 20-13, 17-17Cité des sports, arbitrage de MM. Deininger et Ignasiak, une centaine de spectateurs.Rixheim : Sako 14, Cadet 5, Lobe-Lobas 17, Nette 12, Sutter 3, Boudaira, Klock, Slaski 1, Wilmann, Drouet 17.5 paniers à 3 points ; 10 lancers francs sur 23 ; 15 fautes personnelles.Saint-Dié : Hofbauer 7, Baibet 13, Andrianasolo 10, Cesaroni 9, Abdoulaye, Tagheu, Minte 5, Days 11.5 paniers à 3 points ; 6 lancers francs sur 10 ; 22 fautes personnelles ; un joueur éliminé : Abdoulaye (39e).

-----------------------------------

SAINT-DIÉ VEUT PRENDRE SA REVANCHE 

Après avoir battu deux fois Rixheim en amical, lors de leur phase de préparation, les Déodatiens avaient abordé le match aller plutôt confiants. Hélas, ce soir-là les hommes de Didier Marquaire sont passés complètement à côté de leur match pour s’incliner sur le score de 56 à 79.

S’ils n’ont pas oublié cette humiliation, les partenaires de Maxime Days vont avoir ce soir comme objectif principal de prendre leur revanche.

Didier Marquaire, quoiqu’un peu désabusé, ne l’entend pas autrement.

« Il faut quand même qu’on essaye de faire un coup à l’extérieur. Cette année nous n’avons pas été capables de faire une série. Si on veut avoir une fin de saison plus intéressante, il va bien falloir battre Rixheim ce soir. Mais bon, quand je vois qu’on avait corrigé Saint-Apollinaire à domicile et qu’on n’a même pas été fichus de gagner là-bas samedi dernier… »

Engranger avant de souffrir

Avant de recevoir tous les cadors de la poule, Saint-Dié serait en effet bien inspiré d’aller chercher une victoire ce soir dans la salle de Rixheim.

Enfin une bonne nouvelle pour le coach déodatien, Zacharia Abdoulaye devrait être apte pour cette rencontre. Mais comme le souligne Didier Marquaire, pour gagner à l’extérieur : « il faut en avoir vraiment envie et afficher un esprit de commando ».

En cas de défaite, les Déodatiens en seraient réduits à assurer leur maintien face aux petites équipes, et faire le dos rond lors des matchs qui les opposeront au quatuor de tête.

Saint-Dié alignera : Hofbauer, Andrianasolo, Césaroni, BaÏbet, Tagheu, Abdoulaye, Days, Minte.

   ----------------------------------------------

                         MISSION ACCOMPLIE POUR SAINT-DIÉ FACE À GUEBWILLER                                                      

  Gauthier Hofbauer a inscrit 21 points et a largement contribué au succès des Déodatiens face à Guebwiller. (Photo F.S.)

Gauthier Hofbauer a inscrit 21 points et a largement contribué au succès des Déodatiens face à Guebwiller. (Photo F.S.)

Saint-Dié se devait de gagner ce match face à Guebwiller, l’un des plus mauvais élèves de la classe, voilà c’est fait, et c’est bien là l’essentiel. Les hommes de Didier Marquaire ont mené à la marque durant les quarante minutes de la partie. A aucun moment du match, les Alsaciens n’ont paru véritablement dangereux, mais cette victoire déodatienne aurait dû être nettement plus flamboyante, eu égard à la faible opposition proposée samedi soir. Ne soyons pas plus royalistes que le roi, le but est atteint, que demande le peuple ?

Nettement supérieurs en taille, les Déodatiens ont survolé le début de la partie grâce à Minte et Baïbet (13-4, 4e ), avant de bafouiller leur basket. Il fallait deux paniers primés signés Hofbauer à l’orée du second quart-temps pour réveiller le maigre public présent hier soir, et surtout pour remettre Saint-Dié sur la bonne voie (25-16, 12e). La maladresse des shooteurs alsaciens laissait à penser que rien de grave ne pouvait arriver à Saint-Dié. De fait, l’écart continuait de se creuser en faveur des locaux, atteignant 14 longueurs à la pause : 38-24 (20e ).

Histoire de brouiller les pistes, le coach alsacien demandait à ses hommes de passer en zone à l’entame de la seconde période. Ce qui perturbait un instant les Déodatiens, le temps pour Hofbauer de régler la mire et de faire à nouveau mouche à mi-distance : 41-30 (24e ). Césaroni dégainait à son tour, et par deux fois crucifiait le cinq alsacien (53-36, 27e).

Saint-Dié semblait s’envoler lors du dernier acte (62-45, 34e), mais s’endormait quelque peu sur ses lauriers en l’absence de réel danger. Au final, un large succès déodatien, on ne pleut plus logique, quoique guère rassurant avant de recevoir les grosses écuries du groupe dans quelque temps.

---------------- -----------------------------

SIMPLE FORMALITÉ POUR SAINT-DIÉ (N3)... EN THÉORIE    

La victoire est largement à la portée des hommes de Didier Marquaire.  (Photo F.S.)

La victoire est largement à la portée des hommes de Didier Marquaire. (Photo F.S.)

Plus mauvaise attaque de la poule, avec moins de 57 pts de moyenne, Guebwiller ne semble pas (a priori) avoir les moyens d’inquiéter sérieusement les Déodatiens, ce soir, dans leur salle. Les Alsaciens sont des promus, et s’étaient inclinés lors du match aller 53 à 62. Comme Guebwiller compte deux points de retard sur Saint-Dié, une victoire des Vosgiens les mettrait de fait quasiment hors de portée des équipes qui composent actuellement la charrette destinée à retourner à l’étage inférieur.

Enfin, tout ça c’est de la théorie, car la seule vérité reste celle du terrain. Et comme Guebwiller possède quand même une défense assez solide, la cinquième du groupe, il va bien falloir que Saint-Dié prenne cet adversaire très au sérieux. Malgré une bonne prestation à Saint-Apollinaire, les Déodatiens en sont toutefois rentrés bredouilles et il va bien falloir encore engranger quelques victoires pour assurer le maintien au plus vite.

Ce n’est certainement pas le fait du hasard si l’équipe de Guebwiller a acquis ses trois succès face à trois équipes classées derrière elle (Belfort, Pontarlier et Poligny). Les Alsaciens semblent être à leur place au classement (9e), mais comme leur avenir est loin d’être assuré ils seront certainement très motivés ce soir.

Avec l’une des défenses les plus laxistes du groupe (11e sur 12), les Déodatiens se voient donc obligés de s’améliorer dans ce domaine. Contre l’attaque la moins prolifique, ce doit être dans leurs cordes.

Saint-Dié - Guebwiller ce soir à 20 h, à la salle Joseph-Claudel.

Saint-Dié alignera : Hofbauer, Andrianasolo, Césaroni, Tagheu, Benguermoud, Minte, Days, Baïbet.

-----------------------------------

SAINT-DIÉ TROP DÉPOURVU

En déplacement dans la périphérie dijonnaise, et au terme d’une rencontre qui ne restera assurément pas dans les annales, les joueurs de Saint-Dié Vosges Basket se sont inclinés face à Saint-Apollinaire (69-61).

Déjà privés de Hasan Kurum (fracture de la main à l’entrainement, out pour la saison), puis handicapés par la sortie sur blessure de Zakaria Abdoulaye en début de second quart-temps, les Déodatiens ont baissé pavillon dans le dernier acte après avoir pourtant réussi à faire jeu égal pendant plus de trente minutes (47-47, 33e ). « Ils ont eu de l’adresse dans les moments clés, nous non » regrettait Didier Marquaire en fin de partie. « La sortie d’Abdoulaye nous fait beaucoup de mal car c’est notre véritable fer de lance défensif. Ensuite nous avons manqué de gnaque et avons aussi pêché par manque de lucidité » analysait le technicien vosgien.

Les premières minutes donnaient le ton d’une soirée qui n’annonçait rien de transcendant. Les deux équipes faisaient preuve d’une incroyable maladresse si bien que le premier quart-temps se clôturait sur un score de benjamins (9-12, 10e ). Saint-Dié était malgré tout aux commandes (13-19, 13e) mais un passage en zone initié par le coach local permettait à Saint-Apollinaire de recoller (27-27, 20e )

Au retour des vestiaires, Hofbauer et Days étaient quasiment les seuls à alimenter la marque des visiteurs mais Saint-Dié tenait bon (42-42, 30e ) et ce, jusqu’à sept minutes du terme. Le money time allait toutefois s’avérer fatal pour les partenaires de Bacasso Minté quand Saint-Apollinaire décida de passer la vitesse supérieure. Puthod enfilait deux tirs primés consécutifs, Diancourt retrouvait son adresse et les Côte-d’Oriens prenaient huit points d’avance (64-56, 36e ). Un écart que les Déodatiens, à court de solutions, n’allaient jamais être en mesure de combler. « Nous sommes désormais vraiment installés dans le ventre mou du classement, il va nous falloir trouver des solutions et aller chercher les matchs clés » concluait Didier Marquaire avant de reprendre la route du retour.

St Appolinaire69Saint-Dié61 (9-12, 18-15, 15-15, 27-19) Saint-Apollinaire : Diancourt 21, Sermantin 4, Latif 4, N’Dépé 9, Léger 6, Puthod 6, Goron 2, Evert 7, Alhéritière 10. Saint-Dié : Hofbauer 13, Baibet 4, Andrianasolo 8, Cesaroni 3, Minté 18, Days 13.

-------------------------------------------

SAINT-DIÉ PUNIT BELFORT (75-90)

Les Déodatiens ont accéléré dans le troisième quart-temps et fait entendre raison à Belfort.  (Archive F.S.)

Les Déodatiens ont accéléré dans le troisième quart-temps et fait entendre raison à Belfort. (Archive F.S.)

Matthieu Natale avait évoqué un rendez-vous de la dernière des dernières chances face à Saint-Dié.

Et malheureusement pour eux, en dépit une nouvelle fois d’un engagement de tous les instants, les Terrifortains ont fini par baisser pavillon, non sans avoir totalement dominé le début de rencontre grâce aux frères Lamy qui faisaient feu de tous les côtés (8-0, puis 14-6, 4e ).

En face, les Déodatiens s’en remettaient principalement aux fixations de Days dans la peinture et aux lancers francs glanés par Minte pour recoller petit à petit au tableau d’affichage (24-22, 10e ).

Toujours en tête à la pause grâce à un bon relais de Wolfer et Demangeon (40-38), les joueurs de Matthieu Natale voyaient les fautes s’accumuler dès la reprise sur leurs joueurs majeurs (les frères Lamy, Demangeon), ce qui avait pour conséquence de fragiliser l’édifice.

Saint-Dié créait ainsi un premier écart (44-51, 24e ), et même si les joueurs locaux recollaient au score sur une flèche de Wolfer (50-53), les tirs primés de Cesaroni et l’entrée en jeu tonitruante d’Hofbauer mettaient les Lorrains sur orbite (52-67, 30e ).

Le baroud d’honneur du BCB dans les dix dernières minutes ne permettait pas d’inverser la tendance, les Belfortains réduisant au maximum l’écart à dix unités (64-74, 36e ).

-----------------------

SAINT-DIÉ CRAQUE APRÈS LA PAUSE

Bacasso Minté aura beau eu se battre au rebond…

Bacasso Minté aura beau eu se battre au rebond…

Pour ce dernier match de l’année les deux équipes ont à cœur de finir l’année sur une victoire. L’entame de match est rythmée. La Vogesia soigne son entame de match à l’image de Kancel qui indique à ses coéquipiers la marche à suivre dans ce début de match, imité par le capitaine Lazarus et ses deux missiles longue distance. Saint-Dié répond offensivement par ses deux joueurs intérieurs Days et Baibet auteur de 8 points chacun dans ce premier quart (25-20). Le deuxième acte est nettement moins prolifique en attaque. La défense se durcit des deux côtés du terrain et les shoots faciles se font de plus en plus rares. Aucune des deux équipes ne profite des mauvais choix de l’adversaire. Les deux équipes restent au coude à coude dans ce 2e quart (16-15)

Le début de 2e période reprend sur le même rythme que le début de match. Saint-Dié s’appuie essentiellement sur des emplois individuels de son meneur Hofbauer (19 pts) et bénéficie de nombreuses secondes chances grâce à leurs intérieurs Minte et Abdoulaye. La Vogesia s’appuie sur son collectif pour trouver le chemin des filets pendant que Hattemer et Klaric récitent leurs gammes. Le changement de défense en zone permet à la troupe d’Eric Zimmer de creuser une avance confortable dans ce dernier quart-temps (80-59). Saint-Dié a le mérite de se battre jusqu’au bout à l’image de Minté qui fait le ménage dans la raquette et revient à 8 petites longueurs à 2 minutes de la fin. La fin de match est très bien négociée du côté des locaux, qui déroulent sous l’impulsion de Ben Oudhifa.

Holtzheim : Virag 4, Leprêtre 3, Camara 2, Lazarus 13, Kayser, Hattemer 19, KlocK 4, Ben Oudhifa 12, Klaric 21, Kancel 9. Saint-Dié : Hofbauer 19, Baibet 8, Kurum 13, Cesaroni, Abdoulaye 10, Tagheu, Minté 14, Days 11.

---------------------------------

VOUS AVEZ UN NOUVEAU MESSAGE

Didier Marquaire, le coach déodatien, attend une réaction de son équipe. (Photo Jérôme HUMBRECHT)

Didier Marquaire, le coach déodatien, attend une réaction de son équipe. (Photo Jérôme HUMBRECHT)

Après avoir été sévèrement dérouillés à Pfastatt il y deux semaines, les joueurs déodatiens ont été tout aussi sérieusement réprimandés. Par le staff technique, par les dirigeants, etc. Bref tout ce que le landerneau du basket déodatien compte de sommités est monté au créneau. Message reçu cinq sur cinq par l’équipe ! A Dijon, comme la chèvre de M. Seguin, les partenaires de Maxime Days se sont battus durant tout le match, mais se sont inclinés, vaincus, au terme d’une âpre bagarre. Perdre 69-63 chez le leader est certes honorifique, mais ne rajoute pas beaucoup de beurre dans la gamelle. Saint-Dié est toujours scotché à 3 victoires en 8 matchs. D’où un nouveau message, pour enfin renouer avec le succès.

Et ça tombe bien, Saint-Dié reçoit ce soir l’avant dernier du groupe. Le promu Pontarlier vient d’enregistrer sa première victoire la semaine dernière face à Belfort. Voilà donc un adversaire à la portée de Saint-Dié. Autre côté sympathique de la soirée, Pontarlier est entraîné par Anthony Tomba, qui a fait ses premières armes à la salle Joseph-Claudel, en cadets "France", à une époque où la relève n’était pas qu’un vain mot. Comme nul n’est prophète en son pays, le Gérômois de naissance s’est exilé pour assouvir sa passion, et se retrouvera donc ce soir en pays de connaissance : « Oui c’est vrai, j’aurai grand plaisir à retrouver Saint-Dié. Nous avons connu un début de championnat délicat, avec beaucoup de blessés, de joueurs absents. Mais tout rentre dans l’ordre et ce soir nous serons au complet. Il nous reste à affronter Pfasatt, Dijon et Saint-Dié pour les matchs aller. J’aimerais bien gagner un de ces trois matchs, pour attaquer la phase retour en meilleure posture. » Faîtes vos jeux…

Saint-Dié : équipe non communiquée.

Pontarlier : Gouaka, M’Baye, Frédéric, Beaumont, Funerat, Zachlin, Harchakir, Nicolaï, Duval.

-------------------------------------------

SAINT-DIÉ Y ÉTAIT PRESQUE

En déplacement à Dijon, les Déodatiens sont passés tout près de faire tomber le leader du championnat pour la première fois de la saison (69-63). Encore en tête à cinq minutes du terme (59-60, 35e ), Saint-Dié cédait finalement dans le money time mais n’avait pas à rougir de sa prestation.

Car avant la rencontre, rien ne laissait présager d’une telle performance. « Le groupe est malade. Nous nous sommes tous vus avec les dirigeants après la défaite à Pfastatt dans l’espoir de créer un électrochoc » avouait Didier Marquaire en préambule de l’entre-deux initial.

Prise de conscience ou pas, ce sont bien les Vosgiens qui offraient le meilleur départ (2-8, 3e ). Les locaux finissaient tout de même par mettre la machine en route (16-10, 7e ) mais c’est bien Saint-Dié qui terminait ce premier acte en trombe (16-17, 10e ).

Et la dynamique installée allait ensuite se poursuivre. Dominants dans le secteur intérieur, Bacasso Minté et Maxime Days régnaient en maîtres dans la peinture dijonnaise (21-26, 14e ). Auteur de dix points dans le seul deuxième quart-temps, Days permettait même aux siens de faire un petit écart avant la pause (32-39, 20e ).

Au retour des vestiaires, la partie s’équilibrait pour de bon et les deux formations n’allaient plus se quitter. Denderes et Tessier replaçaient un temps Dijon aux commandes (48-47, 28e ) mais c’est bien Hofbauer qui remettait Saint-Dié devant au tableau d’affichage à l’entrée de la dernière ligne droite (49-53, 30e ).

Les Déodatiens tenaient bon jusque dans le milieu de l’ultime période mais devaient finalement rendre les armes devant la vista locale. Minté et Abdoulaye pêchaient tour à tour sur la ligne de réparation, le collectif jusqu’alors bien en place s’effritait lors des dernières possessions et Saint-Dié s’inclinait en n’inscrivant que trois petits points lors des cinq dernières minutes. « Je suis malgré tout très satisfait car nous avons vu une vraie équipe solidaire. Nous avons encore manqué un peu de mental en fin de match par rapport notamment à la sélection de nos tirs mais il nous faut vraiment continuer dans ce sens » , assurait Didier Marquaire. Renouveler rapidement une telle prestation leur permettra à coup sûr de vite voir le bout du tunnel.

------------------------------------------------

SAINT-DIÉ VEUT LIMITER LA CASSE SUR LE PARQUET DU LEADER DIJON

Dans l’antre du leader demain, Tagheu et les Déodatiens doivent se faire pardonner de leur dernière sortie.  (Photo F.S.)

Dans l’antre du leader demain, Tagheu et les Déodatiens doivent se faire pardonner de leur dernière sortie. (Photo F.S.)

Certes, le calendrier ne leur est guère favorable, mais les joueurs déodatiens ont passablement énervé leur coach la semaine dernière à Pfastatt. Enchaîner des défaites en déplacement pourrait éventuellement se comprendre, mais une telle rouste (56-95) a du mal à passer. Depuis une semaine, Didier Marquaire ne décolère pas : « Oui on fait une première mi-temps acceptable. On vire à moins sept, mais après je n’avais plus d’équipe. Aucune réaction, pas de fierté, chacun a joué dans son coin. Non moi j’ai envie d’entraîner des gens concernés. »

Avant d’aller défier Dijon dans sa salle, il va falloir que les Déodatiens se reprennent sérieusement en main. Et la prise de conscience devra être suivie d’effet. Saint-Dié n’est pas en état d’urgence, mais ça y ressemble. Maxime Days, le capitaine, est lui aussi monté au créneau : « Il faudrait que les joueurs d’expérience prennent leurs responsabilités. Cette semaine nous avons eu une discussion avec joueurs et dirigeants, j’espère que les gars vont prendre conscience. Moi je n’avais jamais connu pareille situation. »

Si créer la surprise à Dijon relève de la mission impossible, Didier Marquaire espère au moins qu’il va y avoir un peu de rébellion au sein du groupe : « Attention je connais bien ces équipes de Dijon, qui ont un vrai collectif, qui jouent vraiment en équipe et qui mouillent le maillot. Ce sont des gens qui ont la tête sur les épaules. »

Plus très loin de la zone de relégation, Saint-Dié risque fort d’attendre encore un peu afin de s’en éloigner durablement. Dijon paraît hors de portée, mais si au moins les apparences pouvaient être sauves. Ce serait déjà ça…

Saint-Dié alignera : Hofbauer, Andrianasolo, Kurum, Tagheu, Césaroni, Days, Baïbet, Minte, Abdoulaye.

 

------------------------------------------

LES DÉODATIENS IMPUISSANTS

Didier Marquaire et ses joueurs ont été surclassés.

C’est avec les valises bien trop pleines et une sévère défaite que les joueurs de Didier Marquaire sont rentrés dans les Vosges samedi soir. Dans une salle polyvalente bien garnie, l’ex-Pfastattois Days ouvre le score pour les Déodatiens (0-2). Les visiteurs font la course en tête, 7-8 à la 4e, mais ils commettent de nombreuses fautes (8 dans le premier quart-temps). Ils sont rapidement dans la pénalité et Minte, sanctionné à deux reprises, est rappelé sur le banc.Privée de Porter, la formation de Jean-Luc Monschau passe un 11-0 à son hôte (18-8) sous l’impulsion d’un Willig intenable, auteur de 13 points dans le premier acte. Malgré leur déficit en taille, les Pfastattois dominent nettement dans les airs (14 rebonds à 3) et prennent le large au score, 26-14 au premier buzzer. Les Vosgiens se ressaisissent et font jeu égal en 2e période. Deux réussites primées d’Andrianasolo à la 10e leur permettent de rejoindre les vestiaires sur un débours réduit à 7 longueurs, 38-31.Saint-Dié résiste jusqu’à la 24e (44-34) avant de plier sous les coups de boutoir des joueurs locaux. Un nouveau 11-0 (55-34) scelle l’issue de la rencontre. Malgré le temps mort pris par leur coach, les Vosgiens n’y arrivent plus et le jeune Spinali (18 ans) fait parler la poudre en inscrivant 5 points à peine entré en jeu, 66-41. Schlaeder, à 3 points sur le buzzer, enfonce le clou (69-43). Jean-Luc Monschau ouvre son banc et les jeunes Banholzer, Spinali et Taczanowski en profitent pour démontrer leurs qualités. Suite à un panier primé avec la faute de Grebongo, l’écart atteint 41 points (95-54 à la 40e) avant que Days ne le réduise dans les dernières secondes.Pfastatt95Saint-Dié56Les quart-temps :26-14, 12-17, 31-12, 26-13Arbitrage de MM. Miotto et Metzger.Pfastatt : Schlaeder 9, Marjoulet 4, Banholzer 4, Diehl 8, Grebongo 18, Willig 19, Thibedore 13, Spinali 9, Di Marzio 11, Taczanowski.Saint-Dié : Hofbauer 9, Baibet 13, Kurum, Andrianasolo 8, Césaroni 3, Abdoulaye 7, Tagheu, Minte 3, Days 13

---------------------------------

ENCORE COMPLIQUÉ POUR SAINT-DIÉ    

Zach Abdoulaye (à d.)  et ses camarades déodatiens vont avoir affaire à forte partie à Pfastatt. (Photo J. HUMBRECHT)

Ne s’étant pas déplacés à Holtzheim le 14 novembre pour des raisons que tout le monde connaît, hélas, les Déodatiens vont néanmoins entamer un nouveau match à l’extérieur ce soir. Après Poligny, et avant d’aller à Dijon, les hommes de Didier Marquaire vont devoir se coltiner Pfastatt. Les Alsaciens n’ont mordu qu’une seule fois la poussière cette saison (à Mirecourt), et sont plus que jamais de sérieux prétendants à la montée en N2. Les ambitions des Alsaciens, pour légitimes qu’elles soient, n’entament pas pour autant le moral du coach vosgien : « Nous y allons pour faire un bon match. Nous avons eu une prise de conscience collective, les joueurs savent désormais ce que je leur demande. On y va sans pression particulière. Pfastatt est une grosse équipe, avec un jeu très structuré. Ce qui nous convient mieux que celui d’autres formations. Et puis avec Monschau, je sais qu’on aura une défense homme à homme pendant quarante minutes ! A nous de bien jouer au basket. »

Les deux semaines de trêve auraient pu permettre à Saint-Dié d’aligner enfin une équipe au grand complet, mais il semblerait que la déchirure musculaire dont souffre Hofbauer, le meneur vosgien, ne soit pas entièrement résorbée : « Gauthier (Hofbauer) sera du voyage, mais je vois mal comment il pourrait jouer. Ce ne serait guère pruden t. » Si comme le souhaite leur coach, les Déodatiens « parviennent à hisser le niveau de jeu », ils pourraient inquiéter les Alsaciens, mais dans leur salle les hommes de Jean-Luc Monschau seront certainement très difficile à manœuvrer. Mais sait-on jamais…

Saint-Dié alignera : Andrianasolo, Kurum, Césaroni, Tagheu, Days, Abdoulaye, Minte, Baïbet, Hofbauer (?).

 

----------------------------------------

IL EST URGENT DE RÉAGIR

Les Déodatiens tenteront de se rebiffer.

Perdre d’un tout petit point chez l’un des plus mauvais élèves de la classe, Didier Marquaire ne l’a toujours pas digéré. Il serait même grand temps que ses joueurs lui montrent des preuves de leur implication dans le jeu. D’autant qu’après Holtzheim, les Déodatiens vont encore avoir deux gros déplacements à digérer (Pfastatt et Dijon, le leader invaincu).

Près d’une semaine après la désillusion de Polygny (défaite 74-73), le coach déodatien en était encore tout retourné : « Ce qui me navre le plus dans cette histoire, c’est que nous étions revenus dans le match. On fait deux bêtises dans les dernières secondes et tout s’écroule. Pire encore, Gauthier (Hofbauer) s’est à nouveau blessé sur la dernière action. A la mi-temps, j’ai dû pousser une gueulante dans les vestiaires. J’aimerais quand même avoir une équipe de mecs qui se battent sur le terrain. Moi ça ne m’intéresse pas de jouer pour un petit maintien au ras des pâquerettes ! »

Le hic dans cette histoire, c’est qu’il va falloir aller chercher Holtzheim dans leur salle, avec une équipe un peu bancale : « Holtzheim avait annoncé la montée, mais avec déjà deux défaites, leur affaire semble compromise. On me dit qu’ils ont un joueur majeur blessé (Spitz) , mais comme je vais encore devoir jouer avec un meneur par intérim, ça risque d’être un peu compliqué. On va encore avoir une équipe bancale. Maintenant, rien n’est impossible. Il faudrait que toute l’équipe se mette au diapason, et tout le monde en même temps ! Si possible. Sinon on n’y arrivera jamais !"

Baïbet devrait faire son retour dans le groupe, et ce sera au détriment d’Humbert, nombre de mutés oblige. Néanmoins, la tâche des Déodatiens s’annonce ardue, voire impossible. Mais après tout, un sursaut d’orgueil est toujours possible, et même souhaitable.

Holtzheim – Saint-Dié ce soir à 20 h

Saint-Dié alignera : Baïbet, Kurum, Andrianasolo, Césaroni, Abdoulaye, Minte, Days, Benguermoud, Tagheu.

-----------------------------------

SAINT-DIÉ PEUT S’EN VOULOIR

Poligny commence sous de bons auspices grâce aux tirs à trois points de Benon, Touré et Roy. Malgré une défense dure et difficile à percer,

l’équipe du PBJC clôt le premier quart-temps devant ses adversaires (19-16). Le second quart-temps s’ouvre par un trois points de Radojevic. Toujours aussi agressifs, les Polinois ne lâchent rien. À la sixième minute, le PJBC inscrit un 9-0. Le coach de Saint-Dié, Didier Marquaire, prend un

temps mort pour faire réagir ses joueurs et attend une vive réaction de leur part. Mais rien ne peut faire douter l’équipe de Nassim Mehiaoui, capitaine de Poligny. Avec ses coéquipiers, ils assomment leurs adversaires par coups de 3 et 2 points pour inscrire durant le deuxième temps 23 points contre 12 pour Saint-Dié (42-28). Avant la reprise du jeu, Didier Marquaire, rassure son équipe : « Il n’y a que quatorze points d’écart, rien n’est encore joué. On peut rattraper Poligny et les battre ». Encouragements pris en compte, les Vosgiens se rebellent et inscrivent 8 points contre 2 pour les Polinois. Mehiaoui et Radojevic répondent mais ce n’est pas suffisant pour maintenir l’écart de la mi-temps. Durant le troisième quart-temps, Saint-Dié fait douter le PJBC en remontant grâce aux trois points de Minte et de Days (52-46). Le dernier quart-temps est rythmé par les tirs derrière la ligne à trois points de Radojevic, Mehiaoui et Touré mais Saint-Dié par l’intermédiaire de Kurum, ne baisse pas les bras en inscrivant 6 points d’affilée. Finalement, Nassim Mehiaoui assure une victoire à son équipe grâce aux quatre derniers lancers-francs marqués et les Polinois remportent le match sur le fil 74 -73. Saint-Dié peut s’en vouloir car la défaite dans le Jura peut coûter cher étant donné le calendrier qui attend l’équipe vosgienne.Poligny74Saint-Dié73(19-16, 23-12,10-18, 22-27)Salle du Champ d’Orain, arbitrage de MM. Vermorel et Ba, 100 spectateursPoligny : Ndzambela 3, Rousseau, Roy 3, Mehiaoui 15, K.Noroozi-Kia, Mola 6, Y.Benon 5, Favre, Radojevic 18 et Moussa 24.Saint-Dié : Hofbauer 12, Kurum 17, Humbert, Andrianasolo, Césaroni, Abdoulaye 6, Tagheu 4, Minte 14, Days 20.

-------------------------------------------------------

SAINT-DIÉ DOIT ENGRANGER AVANT L’HIVER

Césaroni et les Déodatiens sont dans un bon élan.

 

La récente victoire des Déodatiens face à Geispolsheim leur a sans doute donné un bon coup de fouet. Didier Marquaire avait coché cette rencontre sur sa liste des possibles mais avait également misé sur un succès à Poligny. On saura donc ce soir si Saint-Dié va pouvoir aborder la suite en toute sérénité. Car après ce premier voyage en Franche-Comté, les Déodatiens vont aller successivement à Holtzheim, Pfastatt et Dijon. Vaste programme !

Malgré un match compliqué samedi dernier, Didier Marquaire a retrouvé le sourire : « C’est vrai qu’on s’est un peu fait peur mais il y a eu des satisfactions. Comme la prestation de Maxime Humbert ou le retour de Lalane Andrianasolo. Hasan Kurum a lui aussi fait une grosse fin de match. C’est même lui qui nous fait gagner. Pour ce soir, je pense récupérer Gauthier (Hofbauer) qui n’est pas encore totalement remis mais risque fort de jouer. Le seul absent sera Mickaël Baïbet. Je pense que Poligny est à notre portée, même si cette équipe possède encore quelques joueurs ayant évolué en N2 l'an passé. »

S’ils ne connaissent pas un gros trou d’air comme samedi dernier lors du 2e quart-temps, les Déodatiens devraient pouvoir ramener un petit quelque chose du Jura, ce qui serait encourageant avant d’aborder la suite. Pour Didier Marquaire, tout dépendra de l’état d’esprit de son équipe : « Nous sommes capables du meilleur comme du pire alors je me méfie. C’est vrai que je n’ai pas une équipe de tueurs, dans le sens où on ne sait pas tuer un match. On l’a vu samedi. Mais si on ne les prend pas de haut et qu’on se sent en confiance, on devrait y arriver. C’est une équipe à mettre derrière nous. »

En bon gestionnaire, le coach déodatien sait que » tout ce qui est rentré avant l’hiver ne craint plus le gel. » Voilà donc une belle occasion de faire fructifier son capital points.

Saint-Dié alignera : Hofbauer, Andrianasolo, Kurum, Humbert, Césaroni, Tagheu, Benguermoud, Days, Abdoulaye, Minté.

Poligny – Saint-Dié ce soir à 20 h

-------------------------------------------------------------------------------------------

UNE VICTOIRE EN TROMPE L’ŒIL

 

Tagheu (au centre) et Humbert (à d.) ont fini par prendrele dessus sur Geispolsheim dans le dernier quart-temps. (Photo F.S.)

Avant une série de trois matchs à l’extérieur, Saint-Dié se devait de l’emporter dans sa salle. La défense geispolsheimoise est restée aux vestiaires au début de match et les Déodatiens font cavalier seul. Rien ne sourit pour les Alsaciens. Pendant le premier quart temps, ils ne vont inscrire qu’un seul panier dans le jeu par Andlauer après 7’20 de jeu sur 14 tirs. De son côté, Saint-Dié construit bien et parvient à trouver des solutions à l’extérieur, le score augmente rapidement, 7-0 puis 11-0 sur un panier de Minté à l’intérieur. Les Vosgiens sont présents aux rebonds et Days parvient à prendre le meilleur dans la raquette (20-3). Humbert profite de son temps de jeu pour se mettre en évidence. Sauf que… soudainement, la machine s’enraye et c’est au tour de Saint-Dié de connaître un quart-temps désastreux. Les Vosgiens n’inscrivent que deux paniers et Geispolsheim revient petit à petit grâce à ses gâchettes qui fixent une défense vosgienne figée. Les Alsaciens repassent devant sur deux lancers-franc de Saban à 4 minutes de la pause. Didier Marquaire est obligé de poser ses deux temps-mort mais son équipe n’a pas réagi. L’adresse des visiteurs est diabolique sur la ligne de lancers-franc (7/7 dans ce quart-temps). C’est fort logiquement que Geispolsheim mène à la pause (26-30). Enfin, les deux formations jouent au même niveau et on a un vrai match de N3. La défense vosgienne est plus compacte et le trio Abdoulaye-Minté-Days met à mal les Alsaciens. Les Déodatiens recollent (35-35) et prennent un petit avantage par Andrianasolo à 3 points (40-35). Mais Challer maintient son équipe au contact, 42-41. Tout va se jouer dans le dernier quart-temps. C’est à cet instant que Kurum sort de sa boîte. Le Déodatien inscrit 3 tirs extérieurs consécutifs et assomme les Alsaciens (58-51, 37e ). Humbert intercepte un ballon mal transmis et s’en va conclure d’un dunk rageur (60-51). Il reste 2 minutes à jouer et les Bas-Rhinois ne s’avouent pas vaincus. Ils reviennent à 4 points (60-56). Mais suite à une passe ratée, Days s’impose au rebond pour asseoir la victoire de Saint-Dié.

Saint-Dié64Geispolsheim56 (20-3, 6-27, 16-11, 22-15) Arbitres : MM. Montagne et Blumenfeld, 40 spectateurs environ. Saint-Dié : 16 fautes, 25/69 aux tirs dt 8/23 à 3 pts. 6/15 aux LF.Les marqueurs : Abdoulaye 17 (dt 2 à 3 pts), Minte 10, Kurum 10 (dt 3 à 3 pts), Days 9, Andrianasolo 7 (dt 2 à 3 pts), Humbert 4, Tagheu 4, Césaroni 3 (à 3 pts). Geispolsheim : 20 fautes, 17/59 aux tirs dt 8/30 à 3 pts. 14/17 aux LF.Les marqueurs : Challer 16 (dt 3 à 3 pts), Ivernizzi 10 (dt 2 à 3 pts), Scheeck 8 (dt 1 à 3 pts), Speich 6 (dt 1 à 3 pts), Saban 6, Andlauer 5, Ait Tabassir 3 (à 3 pts), Hirtz 2.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

SAINT-DIÉ NE DOIT SAISIR LES OPPORTUNITÉS

Les bonnes affaires, c’est comme le soufflé au fromage de tante Cécile, ça n’attend pas ! Et après avoir raté l’opportunité de battre Rixheim le 10 octobre dernier, les Déodatiens seraient bien inspirés de ne pas manquer cette nouvelle occasion qui se présente à eux de rafler une mise (en théorie) largement à leur portée. Certes, Geispolsheim, l’hôte de ce soir, compte deux victoires comme Saint-Dié, mais c’est un promu et qui va évoluer loin de ses bases.

Didier Marquaire aimerait bien y croire, mais a été très échaudé par la déconvenue de Rixheim et la cascade de blessés qui handicape son équipe en ce moment. Une vraie hécatombe : « Hasan (Kurum) va rejouer, mais ne sera pas à 100 % et s’est peu entraîné ; Lalane (Andrianasolo) revient lui aussi, mais pas avec la totalité de ses moyens ; Amar (Maxime Days) joue sur une jambe ; quant à Gauthier (Hofbauer) et Mickaël (Baïbet) ils seront toujours en convalescence et absents pour ce match important avant quatre déplacements consécutifs. »

Le calendrier va en effet imposer quatre périlleux voyages de rang aux Déodatiens et non des moindres : à Poligny, Holtzheim, Pfastatt puis Dijon. Le prochain match de Saint-Dié à la salle Joseph-Claudel n’est en effet prévu que pour le 12 décembre prochain, avec la réception de Pontarlier ! D’où cette urgence à engranger avant l’hiver : « On doit pouvoir gagner ce soir et à Poligny. Pour le reste, ça va être très compliqué. Mais ce qui m’inquiète le plus, ce sont toutes ces absences. Je croise les doigts à chaque entraînement pour qu’il n’y ait pas un blessé supplémentaire. Mais cela dit, les blessés on doit faire avec. Les joueurs qui seront sur le terrain seront là pour se battre. On doit relever la tête. C’est dans la difficulté qu’on voit notre vraie valeur. »

Cette rencontre, les Déodatiens devront l’aborder avec le couteau entre les dents tout en faisant preuve de réalisme. Et il faudra gagner ! Une seconde défaite à domicile face à un promu serait de mauvais augure pour la suite. Personne n’ose l’imaginer.

Saint-Dié alignera : Kurum, Andrianasolo, Césaroni, Humbert, Abdoulaye, Tagheu, Benguermoud, Minte.

Saint-Dié – Geispolsheim ce soir, à 20 h, salle Joseph-Claudel.

 

--------------------------------------------------------------------------------

SORTIE À STRASBOURG POUR LES JEUNES DE SAINT-DIE VOSGES BASKET

Le Basket à Saint-Dié se porte bien grâce au travail du club local en faveur de la jeunesse déodatienne. Ainsi, pour la première semaine de vacances de la Toussaint, 40 enfants ont pu suivre un stage. Ce dernier était encadré par les éducateurs sportifs du club pour le perfectionnement du tir et du lancer franc. Il a été clôturé par la remise des récompenses, pour les plus adroits, par les dirigeants de Saint-Dié-Vosges Basket, suivi d’un goûter. Pour finir en beauté, la commission d’animation, menée de main de maître par Géraldine Clément a organisé une sortie à Strasbourg, pour supporter l’équipe professionnelle, la SIG. Le car était bien garni avec 63 personnes où se mêlaient des jeunes licenciés, des joueurs de l’équipe première et des parents. Quel bonheur et quel privilège d’aller assister à un match d’un tel niveau entre Strasbourg et Le Havre. L’ambiance était au rendez-vous (4 704 personnes au Rhénus) avec un accueil particulièrement chaleureux de l’équipe de la SIG. Cette sortie était une occasion de découvrir le basket professionnel. Une opportunité que les jeunes n’ont pas manquée, puisqu’à la fin du match ils ont pu serrer la main des joueurs, demander des autographes et faire des photos.

 

-------------------------------------------------------------------------------------

SAINT-DIÉ : BASKET : « L’AVENIR AU FÉMININ »

Léocadie Voisard a pris son bâton de pèlerin pour constituer un pôle féminin en basket. Le club Saint-Dié-des-Vosges Basket a mis à sa disposition des créneaux horaires pour les entraînements.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«Les filles viennent s’entraîner avec le sourire et de la motivation, c’est un plaisir pour moi d’encadrer ce groupe de jeunes de 9 à 14 ans » confie Léocadie Voisard qui « adore » le sport, le basket en particulier, son « dada ».

Etudiante en licence mention Sciences et Techniques des activités physiques et sportives (STAPS) à Nancy, la jeune femme de 20 ans voit au féminin l’avenir de Saint-Dié-des-Vosges Basket. « J’y pense depuis longtemps, c’est mon projet ».

Bon sang ne saurait mentir dans la famille Voisard où l’on vit basket 7 jours/7. Eric, son papa, est le président et entraîneur du club basket adapté où il manage « Les Coyottes ». Le grand-père de Léocadie, feu Pierre Voisard, membre fondateur de l’Office municipal des Sports en 1965, a présidé le club de basket déodatien pendant de nombreuses années et s’est aussi pleinement investi au sein du club Sport adapté.

Léocadie, sa petite-fille, a eu son premier ballon entre les mains à l’âge de 3 ans. Aussi, personne ne s’étonnera qu’elle ait pris son bâton de pèlerin, à la fin de la saison dernière, pour faire le tour des écoles, collèges, lycées de Saint-Dié-des-Vosges. Et ce, avec Didier Marquaire, responsable du club déodatien. Celui-ci met deux éducateurs à disposition (Moussa et Michaël). Une démarche engagée dans le but de « motiver les filles à rejoindre le POJC grâce à notre projet » explique Léocadie. Résultat : deux équipes (benjamines et seniores) se sont créées début septembre. Ce premier objectif est donc atteint.

« Il y a une augmentation de 55 % des licenciées, ce pôle féminin prend donc forme avec 9 poussines, 7 benjamines, 5 minimes, 2 cadettes, 5 juniores et 4 seniores ».

Le club a mis des créneaux à disposition pour les jeunes filles âgées de 9 à 14 ans qui s’entraînent avec Léocadie le lundi de 17 h 30 à 19 h et le mercredi de 17 h 15 à 18 h 45. Les cadettes, juniores et seniores (15 ans et +), entraînées par Mike Moses (ex-joueur SDVB), viennent le mardi de 19 h 30 à 21 h et le vendredi de 19 h à 20 h 30. Ces trois catégories, qui ont débuté leurs matchs le 3 octobre, se regroupent pour ne faire qu’une équipe et sont engagées en championnat inter-départementaux.

« Nous aimerions que nos benjamines participent au championnat des Vosges » commente Léocadie qui a donné trois objectifs à son engagement. Socio-éducatif tout d’abord, en permettant à des jeunes filles et adultes « d’avoir une vie sociale, de prendre plaisir à se retrouver dans des endroits ordinaires et de partager les mêmes envies et les mêmes passions ».

Sportif, ensuite, en leur permettant de pratiquer, tout comme les garçons, des activités physiques et sportives et enfin compétitif en les amenant à pratiquer leur sport favori au plus haut niveau « pour aller de l’avant et avoir un but à atteindre : progresser et gagner ».

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

MIRECOURT SANS PROBLÈME

Les Mirecurtiens se sont imposés sans aucun souci dans ce derby sans saveur. En effet, les Déodatiens n’ont pu rivaliser que vingt minutes avant d’être totalement sous l’éteignoir mirecurtien en deuxième période.

Le départ de cette rencontre se place sous le signe de la défense et l’activité des locaux qui provoquent les fautes est récompensée par un 7-0 en 4 minutes. Days parvient à marquer les premiers points de sa formation au bout de 5 minutes. D’ailleurs, il égalise à 4 partout (5e ). Jacques propose des solutions dans ses déplacements, ce qui influe sur la marque (17-9, 15e ). Mais le niveau général proposé est relativement terne car le basket proposé est mièvre, ce qui n’empêche pas Mirecourt de s’octroyer le premier quart-temps (17-13).

Du côté de Saint-Dié, rien ne semble bien fonctionner car le ballon est difficilement contrôlé et ce ne sont que ceux perdus par les locaux qui les laissent dans la course (17-15). C’est alors que Bakala se régale en imposant son physique, en attaquant à l’intérieur pour contrer Days qui est le seul adversaire de taille sur le plan offensif. Le secteur intérieur de Mirecourt relance la machine mais les lancers francs de Tagheus ne permettent pas d’écart (34-30 à la pause).

Le passage au vestiaire fait le plus grand bien à Mirecourt car Jacques revient conquérant au-delà des sept mètres avec deux paniers de suite. En fait, les Déodatiens sont hors sujet et encaissent un 8 sur 9 à trois points car Jacques, Duvoid et Bakala font monter l’addition (61-39, 29e ). Tayayi met la cerise sur le gâteau car à deux secondes du terme de ce troisième quart-temps, il inscrit ses lancers francs (67-41, 30e ).

Saint-Dié a cédé face à la foudre à trois points des Mirecurtiens. Duvoid remet d’ailleurs cela (74-44, 33e ). La défense des Luthiers ne pardonne rien. Ils ne veulent surtout pas encaisser de paniers faciles. Minté et Days grappillent toutefois les miettes alors que M’Bodji fait des misères et claque un smash, symbole de la supériorité de Mirecourt. Saint-Dié capitule et s’incline lourdement dans un match que ses joueurs n’ont jamais contrôlé.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

BASKET-BALL : LE DERBY MIRECOURT - SAINT-DIÉ TROP DÉSÉQUILIBRÉ ?

 

Didier Marquaire est privé de plusieurs joueurs.

La première manche du derby de Nationale 3 entre Mirecourt et Saint-Dié promettait d’être très disputé. Sauf que les Déodatiens ont chuté la semaine passée et sont privés de plusieurs éléments…

Mirecourt est candidat à la montée en N2. Saint-Dié est en phase de transition. Le duel semblait déjà bancal. Sauf que les Déodatiens ont remporté leurs deux premiers matchs et que les Mirecurtiens ont chuté d’entrée à Dijon. Les premiers nommés avaient donc l’occasion de venir chez les seconds avec le statut de leader surprise. Ce qui promettait un duel épique. Mais c’était sans compter sur la défaite de Saint-Dié à domicile face à Rixheim et sur une cascade de blessures. Qui refait pencher le curseur nettement du côté de l’EBM. Qu’en pensent les deux coachs ?

 

Ce match a-t-il encore tous les ingrédients d’un derby ?

Geoffroy Seltzer (Mirecourt) : « Depuis deux ans, nous sommes beaucoup plus dans l’esprit derby que les années précédentes. Les anciens prennent ça plus au sérieux. Et puis nous avons aussi d’anciens Déodatiens tels M’Bodji et Bourgeois. Et pour eux, c’est forcément un match particulier. Cela fait quatre saisons que nous nous affrontons et l’an passé, nous avons remporté les deux manches. Nous voulons continuer la série. »

Didier Marquaire (Saint-Dié) : « Ce n’est plus comme avant, quand les équipes étaient composées de joueurs locaux. Et puis ce derby n’est pas notre préoccupation première. C’est surtout l’état de nos troupes qui nous inquiète. Toutefois, les joueurs se connaissent pour la plupart et c’est nécessairement différent des autres matchs. »

Où en est votre équipe au niveau du jeu ?

G.S. : « On a encore une grosse marge de progression au niveau de l’adresse et on doit aussi être plus fort physiquement. On a les capacités pour écraser nos adversaires sur le plan physique. Mais au niveau du jeu et de l’identité, on n’est pas trop mal. »

D.M. : « On était plutôt en place sur les deux premiers matchs. Mais les blessures ont complètement déréglé l’équipe la semaine dernière. On a vu les principaux symptômes de groupe. En l’absence de nos deux meneurs de jeu, personne n’a voulu prendre ses responsabilités. On aurait aimé aborder ce match avec toutes nos forces. »

Quel est l’état physique de votre groupe ?

G.S. : « Après avoir subi quelques pépins physiques en début de saison, nous avons récupéré tout le monde. C’est appréciable pour pouvoir travailler au mieux. D’ailleurs, nous avons entamé un gros bloc physique à l’entraînement pour monter en intensité. Ce samedi, nous allons pouvoir être au complet. »

D.M. : « Nous subissons pas mal de problèmes. Hofbauer s’est blessé après 3 minutes lors du dernier match et sera absent 6 semaines. Baibet s’est donné une entorse jeudi soir et sera aussi forfait. Maxime Days et Andrianasolo sont de retour mais on ne prendra pas de risques avec le second qui sera sûrement ménagé. C’est décevant car au complet, je pense qu’on a un groupe qui a le potentiel pour embêter beaucoup de monde. »

Quel est votre objectif sur ce match ?

G.S. : « Nous nous sommes fixés de rester invaincu à domicile. Donc que cela soit Saint-Dié ou pas, on doit gagner. On est à domicile, on a prévu une soirée avec des animations pour nos supporters donc on ne peut pas passer à côté. Saint-Dié ne sera pas au complet et on sera favori. On devra donc assumer cette position. D’autant plus que derrière, nous auront une série de 3 gros matchs avec Holtzheim, Pfafstatt et Rixheim. »

D.M. : « Le scénario idéal était de gagner nos 3 premiers matchs pour aller à Mirecourt sans pression et tenter un coup. Mais là, cela s’annonce plus compliqué. Quel que soit le résultat, j’attends une réaction par rapport au match de la semaine passée. Notamment en terme d’agressivité. Je veux voir des guerriers durant 40 minutes. Je veux qu’on oppose du répondant à cette belle équipe de Mirecourt. »

Recueilli par Ph.N.

--------------------------------------------------------------------------------

DEFENSE D'EN  RIRE

restant sur deux succès consécutifs, les Déodatiens avaient l’occasion de faire le plein de confiance avant d’aller défier Mirecourt pour la première manche du derby. Mais les hommes de Didier Marquaire sont passés à côté de leur match.

S'ils jouent le reste de la saison avec aussi peu de conviction, les hommes de Didier Marquaire vont s’exposer à de graves désillusions. Samedi soir, face à une équipe bis de Rixheim, les Déodatiens n’ont pas été loin de toucher le fond. Certes Andrianasolo était absent et Hofbauer s’est blessé au bout de quelques minutes de jeu. Oui, mais en face, Cédric Garnier, le coach alsacien, déplorait l’absence de cinq joueurs majeurs. D’accord, l’arbitrage fut pendant une mi-temps honteusement à sens unique (12 fautes à 3 à l’encontre des Vosgiens et 12 lancers à zéro en faveur des Alsaciens), mais ce n’était pas aux arbitres à défendre, ni à aller chercher les rebonds. Saint-Dié s’est enterré tout seul, et quand on encaisse 51 points en 20 minutes, il ne faut plus rêver.

Les Déodatiens auront mené jusqu’à la 3e (7-3) grâce à un panier primé d’Abdoulaye. Ensuite, ce ne fut qu’un long chemin de croix, ponctué de pertes de balles à répétition, de rebonds offensifs laissés généreusement aux visiteurs, et d’une absence évidente de volonté de défendre.

À l’issue du premier quart-temps, on pressentait le pire : 18-23 (10e ). Libre de tout marquage, Cadet inscrivait 22 points en une mi-temps. Incapables de pénétrer la zone alsacienne, les Déodatiens ont tenté de s’en sortir en arrosant à 6,75 m, mais le remède fut pire que le mal. Bien verrouillé à l’intérieur, Minte se faisait chahuter sans que les préposés au sifflet n’y trouvent à redire. Les voies du seigneur sont impénétrables…

Et vogue la galère. Le score du 3e quart-temps parle à lui seul : 17-6 pour Rixheim ! L’écart a continué de se creuser pour atteindre des proportions inquiétantes : 39-70 (31e ). Et là, oh miracle ! Saint-Dié s’est enfin décidé à défendre. Et comme par enchantement, l’irrésistible équipe de Rixheim a montré ses limites. Mais il était trop tard, bien trop tard, pour espérer quoi que ce soit. Et dire que samedi prochain, il faudra aller à Mirecourt…

Saint-Dié56Rixheim79 (18-23, 15-28, 6-17, 16-11) Salle Joseph-Claudel, environ 150 spectateurs, arbitrage de Mlle Schultz et de M. Kubler. Saint-Dié : 20 fautes personnelles ; 9/13 aux lancers-francs. Baïbet 4, Kurum 15 (3 à 3 pts), Césaroni 15 (5 à 3 pts), Abdoulaye 7 (1 à 3 pts), Tagheu 6, Minte 9. Rixheim : 13 fautes personnelles ; 14/18 aux lancers-francs. Cadet 27 (3 à 3 pts), Lobe-Loba 6, Szkuzc 8 (1 à 3 pts), Halm 4, Slaski 2, Willman 14 (2 à 3 pts), Drouet 18 (1 à 3 pts).

 

-------------------------------------------

BASKET-BALL : LES DÉODATIENS ENCORE AMOINDRIS

 

Avant l’ouverture du championnat, Didier Marquaire avait tracé une feuille de route pour ses joueurs sur laquelle il avait coché trois victoires en face des dates des trois premières rencontres. Jusque-là Saint-Dié est dans les clous. Saint-Apollinaire et Guebwiller sont passés à la moulinette des Déodatiens. Reste Rixheim, l’adversaire de ce soir.

Largement à la portée des hommes entraînés par Didier Marquaire, les Alsaciens seront peut-être un peu plus coriaces que prévu. Non pas qu’ils aient tant évolué depuis leur défaite à Saint-Dié en amical, mais en raison des nombreuses blessures dans le camp vosgien. Ce qui chagrine un peu le coach déodatien : « Lalane (Andrianasolo) ne sera toujours pas là à cause de sa déchirure à la cuisse, Maxime (Humbert) est lui victime d’une double entorse, et Amar (Days) est encore très incertain. Avec deux joueurs majeurs en moins, ce sera forcément moins facile, bien que je reste optimiste quant à l’issue de ce match. »

Il est vrai qu’à une semaine du derby vosgien à Mirecourt, Saint-Dié serait bien inspiré de rester invaincu. La victoire à Guebwiller n’ayant pas été aussi nette qu’on pouvait le supposer, Didier Marquaire tient à mettre en exergue certaines faiblesses : « Pour être tout à fait honnête, certains joueurs, notamment les ailiers, n’ont pas eu le rendement escompté. J’attendais et j’attends ce soir beaucoup plus de garçons comme Césa roni, Tagheu et Kurum. C’est vrai qu’à Guebwiller c’était plus de la boucherie que du basket, mais il faut être prêt à affronter toutes sortes de situations. J’ose espérer que l’agressivité et l’adresse qui nous ont manqué samedi dernier seront au rendez-vous contre Rixheim. Attention, eux aussi restent sur deux succès, ils seront décomplexés. »

Trois mots d’ordre pour le coach déodatien avant d’affronter les Alsaciens : « Rigueur, prudence et respect de l’adversaire. » A bon entendeur, salut !

Saint-Dié alignera : Hofbauer, Kurum, Tagheu, Césaroni, Lerognon, Benguermoud, Baïbet, Abdoulaye, Minte, Days (?).

Saint-Dié – Rixheim ce soir 20 h, à la salle Joseph-Claudel.